PubGazetteHaiti202005

Traiter un article d’opinion paru dans Gazette Haïti « de publication de merde » est indigne de la part de Carel Pedre.

Carel Pedre


En cette période difficile pour notre pays où un premier cas de décès vient d’être enregistré dimanche 5 avril 2020, Gazette Haïti éprouve un peu de la gêne de devoir répondre à certaines attaques ou critiques malveillantes de la part de certains internautes, lecteurs/abonnés du journal. La réponse s’avère nécessaire dès lors que certaines personnalités influentes des médias comme M. Carel Pèdre décident de s’en mêler avec un commentaire méprisant et injurieux fait sur Twitter, suite à un article titré:

Plus de 46k views Live Instagram pour un « Zen » à l’heure du Covid-19 en Haïti: L’ère de l’insignifiance. 

Précision importante: il s’agit d’un texte d’opinion 

La précision importante à apporter pour Carel et certains de nos abonnés, c’est que le texte n’est pas un éditorial qui exprimerait, selon les principes du journalisme, la position de notre média. Nous ne sommes pas là non plus pour faire un cours sur les genres journalistiques, tellement élémentaires dans la pratique du métier. Il faudra juste noter que l’article en question est publié dans la rubrique « Idées et Opinions », libre à tous et à toutes d’écrire sur des sujets jugés nécessaires à partir du moment où cela fait avancer les débats dans notre société. 
La chose la plus sage, la plus productive aurait été de réagir à l’aide de publications avec des arguments contradictoires. Mais non!  comme l’auteur de l’article l’a dit: « nous sommes à l’ère de l’insignifiance », vu le côté superflu des commentaires. Personne n’a attaqué l’article sur le fond. 
Comment cracher sur un texte à cause d’une faute d’inattention( 46 000k au lieu de 46k)? Il serait à parier que la plupart de gens qui ont réagi sur cette erreur technique liée au domaine du numérique...n’ont même pas lu le texte.  Pour eux, le K est donc plus important que l’essence du message. Puis, nous avons l’impression que cela devient presqu’un sport, un réflexe quasi naturel chez une catégorie non négligeable de gens de la société de chercher des proies à dévorer. L’instinct de destruction nous envahit. 

L’insulte de Carel, indigne.

Photo

Laissons de côté ces commentaires répréhensibles mais compréhensibles de certaines personnes. Mais quand cela vient de l’une des personnalités médiatiques les plus en vue du pays, en l’occurrence M. Carel Pedre, nous ne pouvons nous permettre de les laisser passer. 

D’une part, l’animateur vedette de Chokarella est censé bien connaître le domaine du journalisme pour ses expériences dans divers médias de la capitale. Il sait que dans les meilleurs journaux du monde se glissent souvent des erreurs techniques ou autres. 
D’ailleurs, celui qui veut ridiculiser les autres s’est trompé deux fois dimanche 5 avril dans un tweet concernant le premier décès des suites du Covid-19 en Haïti :

Photo

1-L'animateur» a confondu l’ancien inspecteur général de la PNH, Luc Eucher Joseph avec l’avocat décédé. Comment un homme de média peut-il ignorer l’existence d’un des plus emblématiques des responsables de la PNH, l’ancien secrétaire d’État à la sécurité publique, qui a  occupé en 2016 le poste de directeur général de l’AAN( Autorité Aéroportuaire Nationale)?

2- Carel a accusé le journal en ligne Juno7 d’avoir révélé dans un article le nom de l’avocat décédé. Archi-faux. Des indices ont été donnés mais le nom n’a pas été dévoilé par le média. Il a même persisté malgré le démenti du journal. En revanche, Gazette Haïti fait partie des médias en ligne qui ont choisi de révéler l’identité du membre du cabinet du ministre de la justice. Nous l’assumons.

D’autre part, il est indécent qu’en tant que responsable de média, Carel participe à une  démarche aussi vile contre la publication d’un autre média. En plus, il devrait aussi savoir les efforts consentis pour mettre sur pied un journal. Entre confrères, sa réaction aurait été de nous signaler des manquements, à moins qu’il s’estime supérieur à tous. 

Compte tenu de tout ce qu’il a subi en termes d’attaques dans ce métier, Carel Pedre devrait faire preuve de sagesse et d’humilité. Son attitude irrespectueuse traitant l’article paru dans notre journal de « publication 
de la merde » est indigne. C’est aussi un témoignage flagrant d’un manque criant d’esprit de corps.  En tout état de cause, le comportement de l’animateur de Chokarella sur Radio One peut être considéré comme une attaque contre Gazette Haïti. Serait-il en service commandé vu l’espace que prend notre journal dans le milieu médiatique?

Notre média n’a pas encore 3 ans d’existence. Il essaie de faire son chemin en restant le plus possible dans la ligne professionnelle qu’exige un journal de qualité et en ouvrant ses pages à tout(e) intéressé(e) sur des sujets de fond pour le bien de notre communauté. 

Gazette Haïti qui n’est au service d’aucun secteur se veut une référence au niveau des médias en Haïti. Nous travaillons pour y arriver.  Au lieu de chercher à nous discréditer, il serait mieux de nous aider à nous améliorer par des critiques constructives.
 Pour son développement, le pays a besoin d’une presse de qualité et crédible.

Chacun de nos lecteurs/abonnés a le droit de ne pas adhérer à des articles parus dans le journal, mais, Gazette Haïti n’accepte de quiconque les commentaires grivois et injurieux sous ses publications. Venant également de quelqu’un comme l’animateur célèbre Carel Pedre, cela mérite davantage d’être réprouvé. 

Carel Pedre connaît le geste à faire, sinon nous prendrons acte qu’il s’agit purement et simplement du début d’une campagne de sabotage visant à discréditer Gazette Haïti. 

 

 

La Rédaction

Category

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Mar 06, 2021
À environ douze jours du premier match qualificatif de la sélection haïtienne U-23 pour les Jeux Olympiques de Tokyo, les jeunes grenadiers se préparent depuis plusieurs jours au Centre FIFA Goal d