PubGazetteHaiti202005

Journée internationale des droits de la femme:- René Sylvestre en faveur de l’entrée de plus de femmes dans le système judiciaire haïtien

Me René Sylvestre, Président du CSPJ

Pour célébrer la journée du 8 mars (journée internationale des droits de la femme), le président de la cour de cassation René Sylvestre a réitéré son engagement d’augmenter les chances d’intégration des femmes haïtiennes dans le pouvoir judiciaire. Il a précisé, par ailleurs, que la justice haïtienne comporte un quota, tant bien que mal, de plus de 30% de femmes.

Les femmes haïtiennes, en dépit de la lutte qu’elles mènent pour le respect de leur droit, n’avaient eu droit jusque-là qu’à 30% d’un quota dans les activités politiques et les affaires sociales du pays. Peu de femmes ont le privilège de porter la robe noire. A ce niveau, le masculin emporte sur le féminin. Dans ce contexte, le président de la cour de cassation, René Sylvestre, promet de déjouer la tendance.  

« La lutte doit se poursuivre pour que les femmes puissent jouir de toutes les garanties consacrées par la république d’Haïti et par les instruments internationaux signés et ratifiés par Haïti », lance Me René tout en saluant le dévouement des femmes haïtiennes, qu’il souligne, comme étant des symbole de courage et de détermination. Selon le chef du pouvoir judiciaire, les femmes haïtiennes méritent encadrement et respect. « Je vous vénère toutes : les femmes paysannes, les commerçantes, nos chères Madame Sara, les femmes au foyer, les femmes qui travaillent dans l’enseignement, celles qui prêtent leur service tant dans le secteur privé que dans le public », déclare le président de la cour de cassation.

Femmes, avenir du système judiciaire

 
D’après le titulaire du conseil supérieur du pouvoir judiciaire Me René Sylvestre, les femmes représentent l’avenir du système judiciaire. « J’applaudis exceptionnellement le dynamisme et la détermination des femmes qui sont dans la magistrature haïtienne assise et debout. La société compte beaucoup sur vous », vénère Mr Sylvestre tout en lançant une pensée spéciale à l’égard des femmes justiciables qui attendent une décision de justice et particulièrement pour les femmes qui sont en détention préventive prolongée dans les différents centres carcéraux du pays.

Femmes, véritable « poto mitan » du pays

 Le commissaire du gouvernement près de la cour de cassation Me Carvès Jean, qui a pris la parole en la circonstance, rappelle que les femmes représentent le véritable fer de lance de la société. « Cette terre a connu de grandes célébrités féminines comme : la reine Anacaona au cours de la période colombienne, le rôle prépondérant de la prêtresse Cicile Fatima à la cérémonie du bois-Caïman, les héroïnes de la guerre de l’indépendance comme : Sanite Bélair, Catherine Flon et l’impératrice Marie Claire Heureuse », retrace le commissaire du gouvernement Me Carvès Jean.

La date du 8 mars est célébrée chaque année de la même façon en Haïti. Des discours flatteurs des autorités et des annonces fallacieuses sur les dispositions qui seront prises pour garder les femmes à l’abri de la maltraitance et de la violation de leurs droits dits inaliénables. Des femmes continuent d’être battues, de se faire kidnapper, violer à longueur de journée et sont victimes d’harcèlement, quand elles ne sont pas tout bonnement mises de côté à certains postes de décision du pays. 

 

Daniel Zephyr

Category

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Apr 19, 2021
Après une pause due au mouvement de boycott lancé par les arbitres, le championnat national de football a repris ses droits dans les stades du pays ce week-end.