PubGazetteHaiti202005

Tout est fin prêt pour la marche contre la dictature et le kidnapping, selon Pasteur Gérard Forges de la CPCP.

Photo archives


Toutes les dispositions sont prises en vue du bon déroulement de la manifestation pour dire « non à la dictature et au kidnapping » dimanche 28 février à Port-au-Prince, informe l’un des initiateurs, Pasteur Gérard Forges, de la Commission Protestante Contre la Dictature.

Les organisateurs de la manifestation de ce 28 février « contre la dictature » invitent la population à y participer massivement. Joint au téléphone par la rédaction, l’un des initiateurs, Pasteur Gérard Forges, de la CPCD donne la garantie que toutes les dispositions sont prises du côté des organisateurs en vue d’assurer le bon déroulement de la manifestation. Il informe également que, comme le veut la loi, le parcours de la marche a été signifié à la police pour éviter tout malentendu avec cette dernière et qu’elle prenne les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité des manifestants.

Concernant le parcours, Pasteur Forges rappelle que la manifestation partira du champ-de-mars à partir de 11H du matin pour se rendre devant les locaux du BINUH à Juvénat en passant par le carrefour de l’aéroport, la route de Delmas, Delmas 60 et la rue Panaméricaine. Il s’agira, fait-il remarquer, de dénoncer les déclarations de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations-unies en Haïti, Helene La Lime, selon lesquelles seulement 3 mille personnes avaient participé à la manifestation du 14 février dernier. L’objectif de ce dimanche, précise-t-il, est de mobiliser 3 millions de personnes en guise de démenti.

Il faut dire que plusieurs structures politiques et de la société civile apportent leur plein soutien à cette manifestation et encouragent la population à gagner les rues en grande foule. C’est le cas par exemple de la coalition acteurs de la société civile et du collectif du 4 décembre.

 

Par Gazette Haïti

Category

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Apr 19, 2021
Après une pause due au mouvement de boycott lancé par les arbitres, le championnat national de football a repris ses droits dans les stades du pays ce week-end.