PubGazetteHaiti202005

Haiti:- Courant 24/24, nous sommes dans le noir

Photo

Editorial 


On nous a promis de l'électricité 24/24, mais le constat est que 3 ans plus tard, les ampoules ne s’allument plus. La machine de communication, voire de propagande du pouvoir face à son incapacité de respecter cette promesse a fait comprendre au pays que ce sont les « Machann Black out » qui nous ont empêchés de sortir du black-out. Les plus naïfs y ont cru. Il suffisait de jeter un coup d'oeil sur les réseaux et écouter certaines stations de radio pour s'en rendre compte

Dans tout ce matraquage et parmi les 3 compagnies ( Sogener, E-power, Haitian Tractor) vendant du courant à l'État, le projecteur n'a été mis que sur celle de Dimitry Vorbe ayant toujours exprimé publiquement ses désacords avec ce pouvoir. En représailles, Jovenel Moïse engage 4 cabinets d'avocats afin de poursuivre les Vorbes et consorts pour « surfacturation, faux et usages de faux, association de malfaiteurs et enrichissement illicite » Et le parquet passe à l’action, décerne des mandats d'amener. Depuis, la plupart d'entre eux ont dû quitter le pays. 

Sans autre forme de procès, le contrat liant la compagnie à L'État est résilié et la Sogener, déguerpie des Centrales varreux. Jovenel prend le contrôle et promet de les faire fonctionner pour améliorer la distribution du courant électrique dans la zone métropolitaine.

Où en est-on plusieurs mois après ? 

Il a fallu de très peu de temps après pour que la population se rende à l'évidence que la campagne menée contre les compagnies d'énergie, Sogener entre autres, n'avait d'autres objectifs que de se venger d'un adversaire. 

Selon une enquête menée auprès des ménages dans la zone métropolitaine, plusieurs mois après que l'EDH eut décidé de gérer les centrales varreux, le rationnement du courant devient de plus en plus drastique. A Pétion-Ville, Delmas , Port-au-Prince, Croix-des-Bouquets, à Carrefour et à bien d'autres endroits, le courant a pratiquement disparu. 

Dans certaines de ces zones, les habitants vivent sans élecricité depuis plusieurs semaines. Et quand ils sont alimentés, le courant apparaît pour disparaître. Les enfants dont les parents n'ont pas les moyens pour se payer d'autres sources d'énergie ont de sérieuses difficultés. Les médias, les petits comme les grands magasins, les hôtels, les super-marchés font les frais de ce rationnement drastique du courant. Dans la plus part des quartiers, le commerce de recharge de téléphone payant est en pleine expansion. Mais ne vous en faites pas pour les borderaux, ils arrivent régulièrement. C'est -à -dire on nous fait payer pour un service non-fourni. 

Au fur et à mesure qu'on avance vers la fin du mandat du président Jovenel Moïse, nous nous rendons compte que nous avons été bernés par ses promesses falacieuses. Qui pis est, on nous trouve toujours un bouc émissaire. S'il n'y a pas de courant, ce sont les Machann Black Out, les responsables, si la recette magique: Terre, Eau, Soleil amplifie la misère et le désespoir et si la Caravane échoue, c'est à cause de l'instabilité politique. 

Pour couronner le tout, le pouvoir n’a pas organisé des élections, provoquant ainsi la caducité du parlement, c'est la faute des Députés et Sénateurs, alors que tout le monde sait que cette législature était sous coupe réglée de la présidence. C'est cette même majorité qui, sous les ordres du Palais, a en deux trois mouvements éjecté Jean Henry Céant de la primature et empêché la mise en accusation de Jovenel Moïse introduite par la chambre basse. 
Finalement, on nous prend tous pour des canards sauvages.

Hier encore, espérant pouvoir continuer à faire rêver la population fatiguée de ses promesses, le Président Jovenel Moïse a été inaugurer un mini central électrique à Tiburon et ceci à grand renfort de publicité. Cette inauguration qui pouvait être faite par le Maire de cette commune a coûté la vie à un policier, victime lors d’un accident survenu au passage du long cortège du Président de la République. 

Qu'on soit clair. Jovenel Moïse partira nous laissant certainement dans le black out et c'est sa faute, à lui, et non aux « Machann Black out ». S'il y a un véritable vendeur de black out, aujourd'hui comme hier, il n’est autre que l’état à travers l'EDH qui nous fait payer des factures de black out. 

A quand des dirigeants responsables et soucieux du bien-êrre de leurs concitoyens? 

Et aussi à quand des citoyens conscients de leurs droits d’exiger un minimum de l’Etat?

 

 

Par Sabrina Clesca Pierre

Category

Politique

Culture

Post on Dec 01, 2020
Le quotidien Le Nouvelliste et l'Institut de Recherche et de Promotion de l'Art Haïtien (IRPAH) de concert avec leurs partenaires ont lancé ce mardi 1er décembre 2020, la 14ème édition

Economie

Sport