PubGazetteHaiti202005

 Joseph Lambert, fraîchement élu président du sénat, cherche un accord politique pour juguler la crise

Joseph Lambert, prés du Sénat

Le président du Sénat de la République, Joseph Lambert a annoncé, jeudi soir, que le Bureau qu’il dirige prendra prochainement l’initiative d’un dialogue national en vue de résoudre la crise politique qui ronge le pays depuis plusieurs années. Il invite, en ce sens, les principaux acteurs politiques à s’engager sur cette voie qui, souhaite-t-il, débouchera sur un accord politique devant permettre au pays de trouver la stabilité politique et le progrès.

Préoccupé par la situation actuelle du pays, le Sénateur Joseph Lambert, fraichement élu à la tête du Sénat de la République, amputé de deux tiers de ses membres, a laissé entendre que la crise socio-politique actuelle ne peut plus durer, car l’avenir du pays en dépend. C’est pourquoi, celui qui se fait appeler l’animal politique annonce que le Sénat, sur son leadership, prendra prochainement l’initiative d’un dialogue national impliquant tous les acteurs de la vie nationale en vue de dénouer la crise.

« En dépit de la complexité de la situation, le nouveau leadership du Sénat croit qu’il y a encore quelque chose à faire pour éviter que le pays tombe dans le précipice. Pour ce faire, il n’y a pas d’autres voies que celle du dialogue entre les acteurs concernés. Fort de cela, le Sénat de la République s’engage à lancer incessamment un dialogue national entre les fils et filles du pays en vue de déboucher sur un accord politique visant à favoriser la stabilité et le progrès », a déclaré l’élu du Sud-est dont l’élection, lundi dernier, à la tête de ce qui reste du Grand Corps laisse perplexe plus d’un. 

Faisant remarquer la responsabilité des tenants des trois pouvoirs constitués de l’Etat et de l’opposition plurielle dans cette démarche, le Sénateur Lambert insiste sur la nécessité de trouver l’unité malgré la diversité des secteurs afin d’éviter que le pays ne sombre dans le chaos. Il souligne également l’importance de l’implication de toutes les couches de la vie nationale dans ce dialogue.

Joseph Lambert a fait ces déclarations dans un message pré-enregistré diffusé jeudi soir sur plusieurs chaines de télévision de la Capitale. A aucun moment il n’a fait mention de la date du 7 février 2021 qui divise le pouvoir en place et l’opposition politique.

 

Joseph Lambert est un ancien allié du pouvoir avec lequel il a pris ses distances depuis quelques temps. Préssenti comme premier ministre, Lambert allait déclarer son opposition à Jovenel Moise après que ce dernier a ignoré sa proposotion d'être son premier ministre. Il voulait tout simplement juguler la crise, avait-il expliqué.

Selon des informations, le président Jovenel Moise aurait tout fait pour empêcher l'animal politique de prendre les reines du Sénat quoiqu' amputé de deux tiers de ses membres. 

 

Selon des analystes, l'homme fort du Sud'Est élu président du tiers restant du Sénat dans ce contexte de crise pourrait jouer un rôle dans la transition tant réclamée par l'opposition au cas où Jovenel Moïse n'arriverait pas à rester au pouvoir au-delà du 7 février 2021.

 

 

Par Diego O. Charles

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Mar 06, 2021
À environ douze jours du premier match qualificatif de la sélection haïtienne U-23 pour les Jeux Olympiques de Tokyo, les jeunes grenadiers se préparent depuis plusieurs jours au Centre FIFA Goal d