PubGazetteHaiti202005

#Covid-19/ Qu'est ce qui pourrait guetter l'Amerique d'ici Novembre?

Evens Dubois


On a vecu des évènements auxquels on n'avait pas pensé. Même dans ses rêves les plus fous. Serait-il utopique de croire que l'Amérique est mûre pour la Révolution ou prête à vivre sous un regime autoritaire?

L’avènement de Donald Trump a étalé au grand jour les limites du système démocratique étasunien. Lénine eut à dire que la démocratie n'est rien d'autre que d’avoir le droit de «décider une fois toutes les quelques années, quels membres de la classe dirigeante doivent réprimer et écraser le peuple par le biais du Parlement». Pas simplement en raison du pouvoir moral / législatif que possède l'État, mais parce que Lénine savait que le gouvernement bourgeois ne represente pas vraiment les aspirations populaires tant qu'il était dirigé selon les principes capitalistes. 

Choisir ses dirigeants devient de plus en plus une farce. À mesure que l'État se réduit, la capacité à changer le cours des vies en votant se contracte également. Au lieu de cela, selon la théorie néolibérale, les gens peuvent exercer leur choix en dépensant. Mais certains ont plus à dépenser que d'autres. Dans la grande démocratie des consommateurs ou des actionnaires, les votes ne sont pas répartis également. En meme temps, certaines choses  qu'on croyait graver dans la pierre se delitent sous les yeux. 

La campagne de Bernie Sanders a eu le merite de poser le probleme sans flitre. Le COVID19 a asséné le dernier coup à ce système inique qu'est le capitalisme néolibéral. Parler de Révolution dans ce pays n'est pas exagéré. Plusieurs facteurs  semblent vouloir l'indiquer. Premièrement, il y a une énorme inégalité économique. Deuxièmement, il y a une profonde conviction que les classes dirigeantes ne servent qu’elles-mêmes aux dépens de tout le monde, sapant la conviction que ces inégalités seront toujours traitées par l’élite politique. Troisièmement, et en réponse à cela, il y a la montée d'alternatives politiques qui étaient à peine acceptables en marge de la société auparavant. Ensemble, ces facteurs créent un sentiment d'injustice profondément ressenti et largement partagé, une conviction presque palpable que le système ne fonctionne pas pour la majorité et seulement pour les très rares personnes qui abusent de leurs positions privilégiées. 

Ces qualités affaiblissent la légitimité de tout régime. Mais ils ne sont pas seulement suffisants. L'ingrédient indispensable d'une révolution politique est la révolution mentale qui se produit avant: le système ne fonctionne plus et doit être remplacé. On a qu'a lire la grande presse americaine pour constater une certaine panique dans l'establishment. Par exemple, commentant le dernier budget, certains commentateurs politiques ont même parlé de "mise en accusation du Capitalisme". Par rapport à la décennie précédente, les Américains travaillent beaucoup plus pour beaucoup moins de salaire, et ils paient beaucoup plus pour leurs besoins de base. Même Fox News a du mal à expliquer le fait que plus d'Américains que jamais ont besoin d'occuper plusieurs emplois, un emploi à temps plein et un emploi à temps partiel en plus, juste pour joindre les deux bouts. 

Quarante ans de néolibéralisme aux Etats-Unis ont laissé le public totalement exposé et mal préparé à faire face à une crise de santé publique de ce type. Dans un passé récent, SRAS et d'Ebola ont fourni de nombreux avertissements, ainsi que des leçons convaincantes sur ce que serait nécessaire. Dans de nombreuses régions du monde supposé «civilisé», les gouvernements locaux et les autorités régionales / étatiques, qui constituent invariablement la première ligne de défense dans les urgences de santé et de sécurité publiques de ce type, ont été privés de financement grâce à une politique d'austérité conçue pour financer des réductions d'impôts et des subventions aux entreprises et aux riches.


        Dans un autre registre, les Américains craignent que le président Donald Trump et les républicains ne poussent les États-Unis à devenir un État autoritaire à parti unique, ils manquent de temps pour les arrêter, ont averti les experts.
Trump a montré des pulsions autocratiques depuis sa campagne de 2016 et depuis son entrée à la Maison Blanche.

Le président a attaqué pratiquement toutes les institutions démocratiques aux États-Unis quand il a estimé que ses actions étaient défavorables à son programme ou à son apparence publique. Pendant ce temps, il a repoussé les alliés américains traditionnels tout en embrassant ouvertement bon nombre des dirigeants les plus répressifs du monde. Ces tendances ont soulevé des inquiétudes parmi les meilleurs experts de l'autoritarisme, du fascisme et de la démocratie, mais ils ont souvent dit que le système politique robuste aux États-Unis, avec ses freins et contrepoids et ses normes constitutionnelles, avait empêché Trump de devenir un autoritaire à part entière et faire ce qu'il veut.  Chris Hedges ,un politologue americain, a ecrit "les mouvements fascistes construisent leur base non pas à partir des politiquement actifs mais des politiquement inactifs; les" perdants "qui se sentent, souvent correctement, qu'ils n'ont ni voix ni rôle à jouer dans l'establishment politique. "Lorsque le débat politique est trivialisé, les gens réagissent plutôt aux slogans, aux symboles et aux sensations. 

MacWilliams, un doctorant en Sciences politique de l’université de Boston, étudie l'autoritarisme - pas de véritables dictateurs, mais plutôt un profil psychologique d'électeurs individuels caractérisé par un désir d'ordre et une peur des étrangers. Les personnes qui obtiennent des résultats élevés dans l'autoritarisme, lorsqu'elles se sentent menacées, recherchent des dirigeants forts qui promettent de prendre toutes les mesures nécessaires pour les protéger des étrangers et empêcher les changements qu'ils craignent. MacWilliams s'est donc naturellement demandé si l'autoritarisme pouvait être en corrélation avec le soutien à Trump. Le  magnat de l’immobilier n'a jamais caché son amour pour les regimes forts type chinois et Nord coréen.


    
   Par, Evens Dubois, ancien journaliste du Nouvelliste

Category

Politique

Culture

Post on Dec 01, 2020
Le quotidien Le Nouvelliste et l'Institut de Recherche et de Promotion de l'Art Haïtien (IRPAH) de concert avec leurs partenaires ont lancé ce mardi 1er décembre 2020, la 14ème édition

Economie

Sport