PubGazetteHaiti202005

La libération des 6 prisonniers politiques n'est liée à aucun accord politique, tempête Arnel Bélizaire 

Arnel Bélizaire et ses camarades en conférence

L'ex député Arnel Belizaire et ses camarades ont donné ce jeudi 2 décembre leur première conférence de presse après deux (2) ans passés en détention. L'ancien parlementaire a balayé d'un revers de main l'information faisant croire que leur sortie de prison serait liée à un quelconque accord politique.
 
 
« On m’a arrêté le 29 novembre 2019 et je suis étonné que mon dossier était déjà au cabinet d’instruction depuis le 28 novembre 2019 avant le jour même de mon arrestation. Mon dossier avait mêne été acheminé à la DEA et au FBI dans l'objectif  de me réduire au silence. La DEA et le FBI ont tous conclu qu’ils n'ont rien à retenir contre moi », a révélé Arnel Belizaire, pointant du droit au passage le Doyen Tribunal Civil de Port-au-Prince, Me Bernard Saint-Vil comme étant celui qui complotait avec le pouvoir en place pour le garder en prison. 
 
 L’ex député a balayé d'un revers de main les informations portant à croire que la libération des prisonniers politiques serait le résultat de l’accord politique signé entre le secteur démocratique et le premier ministre Ariel Henry.
 
« Si c'était un accord politique qui avait favorisé notre libération,  le secteur démocratique aurait commencé d’abord par libérer  ses membres emprisonnés depuis plusieurs années », a martelé Arnel Belizaire, soulignant qu'il était toujours un élément gênant pour la structure conduite par Me André Michel.


 
Arnel Belizaire pense à reprendre la mobilisation 


A peine sorti de prison, l’ancien parlementaire pense déjà à la mobilisation mais veut rencontrer d’abord son camarade de combat l’ancien Sénateur Nenel Cassy à qui il reproche d’avoir retourné le pouvoir à Michel Martelly en s’associant au premier ministre Ariel Henry.  Pour l’ancien prisonnier politique, il n’y a pas de doute, le neuro-chirurgien est là pour paver la voie au retour au pouvoir de l’ex président Martelly. 
 
 Pierre Killick, l’un des 6 prisonniers libérés qui intervenait également dans le cadre de cette conférence de presse, a lui aussi rejeté les informations selon lesquelles sa libération comme celle de ses amis serait liée à un quelconque accord. Si tel était le cas, plus de 50 militants encore incarcérés seraient, dit-il, 
ensuite eux aussi remis libérés. 
Il a dénoncé le caractère « illégal » de son arrestation suivie de son emprisonnement. Pierre Killick en a profité pour mettre le projecteur sur la situation lamentable dans laquelle vivent les détenus dans la grande prison civile de Port-au-Prince, le Penitencier National. 
 
 A signaler la présence de l’ancien sénateur Youri Latortue aux côtés des anciens prisonniers politiques à cette première conférence de presse. 

 

 

Par Fenel Pélissier

Category

Politique

Culture

Economie

0 comments

Sport