PubGazetteHaiti202005

Saisie d’armes à Port-de-Paix: le barreau de Port-au-Prince exige la libération « sans délai » de Me Robinson Pierre Louis

Robinson Pierre Louis

Le Conseil de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince exige à travers une note paru ce samedi 23 juillet 2022, la libération « sans délai » de Me Robinson Pierre -Louis, membre de cabinet de l’actuel ministre de la justice et secrétaire général du barreau, détenu dans le cadre de l’enquête sur le dossier des armes à Port-de-Paix. Le Conseil se dit perplexe face à la célérité avec laquelle les autorités policières ont conduit ce dossier.

 

 

La nouvelle de l’arrestation de Me Robinson Pierre Louis, ex membre du cabinet du ministre de la justice et de la sécurité publique et secrétaire général du barreau de Port-au-Prince, a eu l’effet d’une bombe. En effet, il a été arrêté le vendredi 22 juillet dans le cadre de la saisie d'armes et de munitions à Port-de-Paix. Il est accusé d'avoir intimé l'ordre au commissaire du gouvernement de Port-de-Paix de libérer les deux trafiquants d'armes et de munitions arrêtés dans le cadre de cette affaire. Un dossier qui scandalise le gouvernement.

 

Dans une note parue ce samedi 23 juillet 2022, le conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince se dit « consterné » suite à cette arrestation. Le Conseil de l'Ordre juge que les droits fondamentaux de l’avocat, de surcroit Secrétaire du Conseil de l'Ordre, ont été bafoués, « jetant ainsi l'opprobre sur toute la corporation ».

 

Le Conseil se montre perplexe face à la célérité avec laquelle les autorités policières ont conduit l’investigation ayant conduit à l'arrestation de Me Robinson Pierre-Louis alors que l'enquête sur l'assassinat du Bâtonnier Dorval continue à stagner dans les tiroirs des autorités. 

 

Au regard de ces faits, sans se prononcer, pour l'instant, sur les fondements de l'arrestation de Me Robinson Pierre-Louis, le Conseil de l'Ordre demande « que ce dernier soit libéré sans délai et que les autorités de poursuite se conforment aux conventions, lois et règlements garantissant le libre exercice de la profession d'avocat. »

 

 

Lors de l'enquête ouverte sur cette affaire, le Bureau des Affaires Criminels, BAF ( une entité de la DCPJ), il est révélé que Robinson Pierre Louis et le commissaire du gouvernement Virgile ayant libéré les deux présumés  trafiquants se sont parlé pendant six (6) fois au téléphone. A l'issue d'une confrontation entre les deux hommes, le commissaire aurait  expliqué avoir reçu l'ordre de libérer les deux présumés trafiquants de Me Robinson Pierre Louis.

 

Selon une source gouvernementale, le premier ministre Ariel Henry serait très en colère en apprenant cette nouvelle de l'implication d'un membre du cabinet du ministre Dorcé dans cette louche affaire  à un moment où le pays fait face à une vague d'insécurité marquée notamment par le  kidnapping.

 

 

 

Par: Daniel Zéphyr

Category

Politique

Culture

Economie

Post on Aug 10, 2022
Le chargé d'affaires ai  à l'Ambassade des États-Unis d'Amérique en Haïti Eric William Stromayer multiplie les rencontres depuis quelques jours avec des responsables du gouvernement, des in

Sport