PubGazetteHaiti202005

Haïti-Crise politique-.L'opposition attend des millions de citoyens dans les rues ce dimanche pour forcer la main à la communauté internationale

Conference de presse du Secteur démocratique


En réponse à la représentante spéciale du Sécretaire général de l'ONU, Mme La Lime, l'opposition politique espère voir gagner les rues des millions de citoyens ce dimanche 28 février lors de la marche pacifique initiée par le Secteur protestant. Me André Michel donne la garantie que cette marche sera totalement pacifique

72 heures après les interventions de Jovenel Moïse et de la représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour Haïti, Helen Ruth Meagher La Lime, des membres de l'opposition sont montés au crénau pour critiquer leurs interventions devant la tribune du Conseil sécurité de l'ONU. 


Des membres de l'opposition n’apprécient pas «  le soutien aveugle » de Mme La Lime à Jovenel Moïse en dissimulant, disent-ils, les chiffres sur la participation citoyenne dans la marche le 14 février dernier. 


De ce fait, le porte-parole de l'OPL, Danio Syriack dit espérer une démonstration de force en termes de présence de la population dans les rues, « pour dire que nous sommes prêts » à prendre le contrôle de la situation pour mettre sur pied la transition et organiser les élections dans le pays ». Même si, selon lui, « la Communauté internationale nous offre une "démocratie" sur mesure. »

Le porte-parole de DIRPOP s'adresse à tous ceux qui se sentent vexés par les chiffres avancés par Mme Lalime (3 mille manifestants dans les rues dimanche 14 février dernier). M. Syriack se dit offusqué de ce decompte et appelle à une participation massive de 3 millions de citoyens dans la marche du 28 février. 

« Le rendez-vous est fixé pour dimanche 28 février pour aider la communauté internationale à prendre une résolution en vue de tourner la page de Jovenel Moïse », a lancé Danio Syriack.

Aux commentaires de Jovenel Moïse qui assimile les manifestants à des gangs dans ses prises de parole dans les tribunes de l'ONU, M. Syriack pense que ces propos prouvent que le locataire du Palais national tolère des bandits. 

D'un autre côté, il a averti les policiers qui « auraient accepté la provocation de Jovenel Moïse sur les journalistes en poursuivant leur brutalité ». « L'opposition ne pourra rien faire pour eux quand ils vont rentrer dans les poubelles de l'histoire. »

« La journée de la mobilsation sera totalement pacifique », a assuré pour sa part le fer de lance du secteur démocratique. Me André Michel dit attendre tout le monde dans cette marche pour réaliser une « démonstration de force. »

« On veut voir 2 millions de personnnes dans les rues à travers le pays pour démontrer au monde que c'est toute la population haïtienne qui rejette Jovenel Moïse comme président de facto et pour le respect de la Constitution », a invité le porte-parole du Secteur démocratique et populaire. 

L'ancien sénateur John Joël Joseph a profité de l'occasion pour demander au peuple haïtien de sortir de son silence en investissant les rues pour dire « non au kidnapping et à la dictature » qui « est une machine puissante ».  Il dit regretter par ailleurs que le pouvoir fasse du chantage avec les deux Dominicains enlevés pour obtenir l'extradition en Haïti de l'ancien maire de Port-au-Prince. Ce qui prouve, dit-il, que l'insdustrie du kidnapping est controlé. 

Parralèlement à l'issue de la conférence de presse, l'ancien député Jean Robert Bossé n'a pas manqué de fustiger Jovenel Moïse , « en quête de reconnaissance en tant que président de facto ».

« En tant qu'ancien président, il ne devrait pas avoir accès à cette tribune. D'autant plus que  ce sont des autorités de rang très inférieur comme des ambassadeurs et représentants de pays qui s'y présentent assez souvent. Le pays a des representants permanents de l'ONU qui sont là pour ça », a commenté l'ancien député, en conférence de presse ce jeudi. 

Pour l'ancien parlementaire de l’OPL, « Jovenel Moïse n'a ni les moyens, ni langage, ni compétence pour évoquer les problèmes du pays au Conseil sécurité de l'ONU. »

 

 

Michel Césaire

Category

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Apr 19, 2021
Après une pause due au mouvement de boycott lancé par les arbitres, le championnat national de football a repris ses droits dans les stades du pays ce week-end.