PubGazetteHaiti202005

Attaques armées à Bel-Air : 13 personnes assassinées, des disparus, des blessés et des maisons incendiées, rapporte le RNDDH dans un bilan partiel 

Pierre Esperance, RNDDH

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a publié ce mercredi 7 avril 2021, un bilan partiel des attaques des gangs armés perpétrées les 31 mars et 1er avril 2021 contre la population de Bel-Air. L’organisme de défense des droits humains fait mention de 13 personnes tuées, des portés disparus, plusieurs blessés et des maisons incendiées. Le Réseau fait savoir que « le quartier de Bel-Air en est à sa troisième attaque armée, toutes perpétrées par les mêmes gangs faisant partie du G9 an Fanmi e Alye ».

« Au moins treize personnes ont été assassinées, soit sept d'entre elles, le 31 mars 2021 et six autres, le 1er avril 2021 », lit-on dans ce communiqué de presse de l'organisation.

Les noms des septs victimes de l'attaque du 31 mars sont « Marie Patricia DELAIRE, âgée de trente-trois (33) ans, Wanitho NIZARD, âgé de soixante-neuf (69) ans, Elvina JEAN-BAPTISTE, Bernadette CREPSAC, Ezekiel, ainsi connu, Matizo, ainsi connu, et Davidson, ainsi connu ». Le Réseau a précisé que les trois dernières victimes font partie du G9 an Fanmi e Alye. 

Dans ce bilan, le Réseau national de défense des droits humains révèle qu'au moins « cinq autres personnes sont portées disparues, quatre autres en sont sorties blessées. Il y a vingt-deux résidences privées qui ont été incendiées et aussi trois maisons de commerce soit un dépôt de provisions alimentaires, une boulangerie et une entreprise multi-services. De plus, trois motocyclettes ont été incendiées et une voiture saccagée ».

Selon l'organisation, la raison de ces attaques serait l'échec de deux tentatives d'enlèvement, dont une déjouée par les habitants de Bel-Air.
« le 31 mars 2021, à la Rue Saint Martin, des membres du gang armé Krache Dife dirigé par Wilson PIERRE alias Ti Sonson, ont tenté d’enlever un personnage qui se trouvait à bord de son véhicule. (Ce dernier) s’est réfugié dans la zone du haut Bel-Air. Des résidents de cette zone ayant compris ce qui se passait, ont secouru la victime. Il s’en est suivi des échanges de tirs qui ont coûté la vie à au moins sept (7) personnes », raconte le RNDDH à travers ce communiqué.

Le Réseau fait état de l'échec d'une deuxième tentative d'enlèvement, au lendemain du 1er avril, qui a poussé trois gangs de G9 à assiéger le haut Bel-Air. Il s'agit des gangs dirigés par Iscar Andrice, Micanor et Wilson Pierre de Krache Dife.
 L'organisation explique, en effet, qu' « un véhicule de marque Mitsubishi Montero DID de couleur grise immatriculée BB 80497 et aux vitres teintées, arrivé à proximité de l’Asile communale de Delmas 2, des bandits lourdement armés ont intimé l’ordre au conducteur de s’arrêter. Celui-ci a au contraire accéléré. Les bandits ont alors ouvert le feu en direction du véhicule. Lisa Nathanaël SAINT FORT, âgée de vingt (20) ans, qui accompagnait le chauffeur, a été tuée. Le conducteur est sorti indemne. Ce qui a augmenté la colère des hommes du G9 contre Bel-Air, et qui ont décidé de prendre d'assaut la zone. »

Lors de l'attaque du 1er avril, cinq personnes ont été tuées selon le RNDDH. Il s'agit de « Ronald DESIR tué à l’entrée de sa maison à la Rue Macajoux ; Mackenson POLYNICE, âgé de vingt-huit (28) ans, tué à la rue Monseigneur Guilloux ; Ken ST. CYR alias Ti Joël tué à la Rue des Césars ; TOTO ainsi connu tué à la Rue St Combe et Franck MOLEON, âgé de soixante-dix-huit (78) ans, brûlé vif dans sa maison à la rue Monseigneur Guilloux ». Excepté Moléon, RNDDH souligne que les corps sans vie des autres victimes ont été tous emportés par les membres de Krache Dife.

D'après RNDDH, les droits à la vie, à la sécurité, à l’intégrité physique et à la propriété privée de la population de Bel-Air sont de manière systématique et récurrente, violés, sous le regard indifférent des autorités étatiques. Le Réseau dit prendre le silence assourdissant du haut état-major de la police nationale d'Haïti comme un acte de complicité au G9 an Fanmi e Alye. 

Face à cette situation, l’organisme des droits humains rappelle à l’attention des agents-tes de la PNH qui ne sont de connivence avec aucun gang armé, l’obligation qui leur est faite de se ranger aux côtés des victimes. 

Il faut rappeler que suite aux événements, l’ancien policier Jimmy Cherizier « Barbecue » a donné une conférence de presse pour assumer la participation de sa fédération G9 et alliés à ces attaques qu’il qualifie de riposte après avoir subi, dit-il, des assauts des hommes de Bel-Air. Version balayée par le rapport du RNDDH qui affirme que les habitants de Bel-Air ont été victimes pour avoir fait échec à des tentatives de kidnapping de ces bandés armées. 

 

 

Par: Juhakenson Blaise

Category

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Apr 19, 2021
Après une pause due au mouvement de boycott lancé par les arbitres, le championnat national de football a repris ses droits dans les stades du pays ce week-end.