Dossier Petrocaribe :-L'opposition voit déjà Jovenel Moise à la porte de sortie du Palais National.

Submitted by gazettehaiti on Tue, 06/04/2019 - 15:43
Photo

Port-au-Prince, Lundi 3 Juin 2019
(www.gazettehaiti.com)


Epinglé jusqu’au cou dans le rapport final d’audit des fonds petrocaribe, les jours de Jovenel Moise sont comptés au Palais National, prévoient les responsables du regroupement de partis et d’organisations politiques de l’opposition baptisée, « Fos Opozisyon Progresis ». Ils préparent déjà l’après Jovenel.

Les juges du Tribunal Administratif ont effectué un travail hors pair, en publiant vendredi le rapport final d’audit des fonds Petrocaribe, estiment les dirigeants de « Fos Opozisyon Progresis ». Ceci vient confirmer une fois de plus, l’implication directe des firmes du président de la république dans la dilapidation des fonds vénézuélien, ont-ils poursuivi. 
L’agronome Jean André Victor du MOPOD et le professeur Josué Mérilien de l’UNNOH se disent persuadés si la justice haïtienne travaillait en toute indépendance, les jours de Jovenel Moise seraient comptés au Palais National. 
Très convaincu du départ imminent du Chef de l’Etat, les responsables de FOP, « Fos Opozisyon Progresis », préparent déjà l’après Jovenel. Ils annoncent en ce sens la mise en place d’une structure dénommée « autorité nationale de transition », qui sera composée  des représentants de toutes les couches de la société avec pour mission de planifier le gouvernement de transition. 

Entretemps, la démarche de mettre en place le Parlement Populaire, pour entre autres, destituer le Président Moise et installer un Président autoproclamé à la tête du pays, est toujours de mise, disent-ils. Une fois constitué, ce Parlement Populaire se réunira en Conférence des Présidents vendredi prochain, a informé l’agronome Jean André Victor. 

Enfin, Les membres de « Fos Opozisyon Progresis », appellent la population à se mobiliser. Ils projettent d’organiser dans les jours qui viennent, des sit-in devant les locaux du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique pour exiger l’arrestation de tous ceux qui ont dilapidé les fonds vénézuéliens. 

Par Michelet Pierre Joseph.