Haiti/politique:- Interpellation de Jean Henry Céant/ Week end de tractations/ Jean Henry Céant écourte son voyage

Submitted by gazettehaiti on Mon, 03/18/2019 - 07:28
Photo

Port-au-Prince, le Dimanche 17 Mars 2019 (www.gazettehaiti.com) 

Jean Henry Céant ne veut définitivement pas lâcher prise dans le cadre de cette double interpellation. Ce week end aura été celui de toutes les tractations dans le Camp de Jovenel Moise qui veut faire sauter le Premier Ministre à la Chambre des Députés comme dans le camp de la Primature qui continue de déplacer les pions pour faire échec à ses détracteurs.

Hier après l'annonce de la nouvelle date fixée par les Sénateurs pour permettre au Premier Ministre d'esquiver la foudre de la majorité présidentielle, le Président Jovenel Moise a rencontré ses Députés pour envisager d'autres stratagèmes permettant de contourner le Sénat une nouvelle fois. Selon des informations parvenues au Journal, Jean Henry Céant fera tout pour être présent au Sénat avant 10 heures AM l'heure fixée par les Députés interpellateurs. 
Jean Henry Céant devrait se rendre à Paris ce lundi avant de revenir en Haiti le mardi 19 Mars mais les évènements en auraient décidé autrement. 

Qu'est ce qui va se passer au Sénat? 

Il n'y a pas l'ombre d'un doute, la séance d'interpellation au Sénat s'ouvrira une ou deux heures avant celle de la Chambre des Députés car il faut à tout prix dévancer les Députés. Selon d'autres informations receuillies par notre Rédaction, il y aura au moins 16 Sénateurs pour garantir le quorum mais après l'appel nominal pour débuter la Séance, certains d'entre eux quitteront la Salle et du coup infirmer le quorum pour permettre aux Députés qui seront déjà sur place de passer à l'action. 

Selon la stratégie des Députés, le verdict sera prononcé avec ou sans la présence du Premier Ministre Jean Henry Céant. 
Cette Séance sera-t-elle légale? Un Député de la majorité contacté par le Journal et qui a requis l'anonymat rétorque qu'à cette phase des débats, on ne tiendra plus compte de la loi car les règlements auraient dèjà été violés. 

Parallèlement, 14 autres Députés dont ceux de l'opposition écrivent à Gary Bodeau pour dénoncer sa décision d"interpeller le Premier Ministre en dehors de la constitution et des règlements internes de la Chambre.

Albert-Edner Georges