Pétro-Vertières/215ème anniversaire:- Des dizaines de milliers de personnes dans les rues/Jean Charles Moise remplace Jovenel Moise à Vertières/ Le Président lance un appel au dialogue. Bilan de la journée: 11 morts, 47 bléssés et une Soixantaine d'arrest

Submitted by gazettehaiti on Sun, 11/18/2018 - 20:53
Photo

Port-au-prince, le 18 Novembre 2018
(Www.gazettehaiti.com)


Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans plus d'une dizaine de villes du pays pour réclamer le départ de Jovenel Moise et le procès PétroCaribe. A Port-au-prince, au Cap Haitien, aux Cayes, à Jérémie, aux Gonaïves, à St Marc, à Jacmel, à Mirebalais, à Hinche, à Petit Goâve, à Miragoâne, à Grand Goâve la tension était montée d'un cran. Face à la situation qui a prévalu dans la deuxième ville du pays, le Président Jovenel Moise a dû changer d'avis et éviter Vertières. Il a décidé à la dernière minute de célébrer les 215 ans de la bataille de Vertières au MUPANAH en y déposant une gerbe de fleurs en mémoire des Héros de l'indépendance. Dans un message à la nation à l'occasion du 18 Novembre, le Président a fait appel au dialogue pour stopper le sous-développement et l'instabilité politique. Il a au passage égratigné les leaders de l'opposition qu'il assimile à des casseurs.Photo


En effet, c'est dans le Nord du pays que la grande confrontation était attendue entre Jovenel Moise et Jean Charles Moise. Quelques jours avant la date fatidique du 18 Novembre, le leader de Pitit Dessalines avait fait hisser un drapeau noir et rouge à Vertières et mettait le Chef de l'Etat en défi de mettre les pieds au Cap Haitien. Depuis la veille, des partisans de Pitit Dessalines avaient dressé des barricades de pneus enflammés et créé la panique dans la ville et c'est dans une Cathédrale quasiment vide que le Te Deum a été chanté en l'absence de la plupart des autorités, notamment ceux de Port-au-Prince qui traditionnellemt font le déplacement pour honorer nos ançêtres.


A l'issue de la mobilisation, un mort et une dizaines de bléssés dont un Policier de l'UDMO ont été dénombrés. A l'issue d'une conférence de presse aux pieds des héros de Vertières, le leader de Pitit Dessalines s'est délivré un satisfecit d'avoir empêché à Jovenel Moise de se rendre au Cap Haitien pour la traditionnelle cérémonie commémorative du 18 Novembre. Qualifiant le Chef de l'Etat de traite et de conzé, Jean Charles Moise a vanté la bravoure des militants de Pitit Dessalines qui ont détruit tôt dans la matinée, le stand sur lequel Jovenel Moise devait prendre la parole, comme pour lui dire qu'il n'était pas bienvenu à Vertières.

Même cas de figure dans la Capitale Haitienne où des milliers de personnes ont gangné les rues pour réclamer le départ de Jovenel Moise et l'organisation du procès Petrocaribe. A Pétion-ville, à Croix des Bouquets, à Martissant plus de 5 morts auraient été enregistrés. A Pétion Ville, la police aurait tiré à hauteur d'homme et tué Fanck François qui a reçu une balle au front. Partis de Carrefour de l'aéoport et du Champs de Mars, les groupes de manifestants se sont convergés vers Delmas et ont pris la direction de Pétion-ville avant de se rendre au Champs de Mars. Sur tout le parcours, les manifestants ont dréssé des barricades de pneus enflammés et utilisé toutes sortes d'objets pour obstruer la rue. Les manifestants n'ont pas pu atteindre les parages du Palais National en raison du dispositif de sécurité mis en place par les différentes unités de la PNH. Voulant se rendre par la suite devant le parlement, ils ont été empêchés par les forces de l'ordre. Furieux, les manifestants ont créé la panique au bas de la ville.Photo
Si la Police nationale parle de 6 morts dans son bilan partiel, pour le le Secteur démocratique, il s'agit de 11 personnes tuées, 47 bléssés et une soixantaine d'arrestation. Le porte parole de cette structure politique, André Michel appelle le Président Jovenel Moise à quitter le pouvoir et invite la population à poursuite la mobilisation.
Le représentant de Fanmi Lavalas au sein du Secteur Démocratique, le Dr Shiller Louidor a qualifié d'histirique , la journée de mobilisation du 18 Novembre. MR Louidor connu pour ses propos pimentés a lancé un appel à la population l'invitant à rester dans les rues jusqu'a ce que Jovenel Moise démissionne. Il invite les parents à garder leurs enfants chez eux ce lundi pour ne pas être victimes de violences.

La Gazette