Dossier PétroCaribe: 17 Octobre 2018/Le Spectre d'une grande violence hante les esprits/La Capitale est sur le qui-vive

Submitted by gazettehaiti on Sun, 10/14/2018 - 18:06
Photo

Port-Au-Prince le 14 Octobre 2018

(www.gazettehaiti.com)

Jamais auparavant un 17 Octobre, date rappelant l'assassinat de l'Empereur Jean Jacques Dessalinenes n'avait suscité autant de peur en Haiti. Depuis plus d'un mois et au fur et à mesure que l'on avance vers cette dâte fatidique, une psychose de peur envahit presque tous les esprits. Si les pétrochallengers annoncent qu'ils vont descendre dans les rues de tout le pays pour réclamer les 3.8 milliards de dollars du Fond PétroCaribe, les opposants au régime en place ne jurent que par le chambardement en passant d'abord et avant tout par le renversement du Président Jovenel Moise. Au niveau de la branche radicale de l'opposition, on parle de match final donc ils entendent faire tomber le Chef de l'Etat qu'ils considèrent comme un obstacle à la tenue du Procès PétroCaribe. Les préparatifs pour que ce vaste mouvement soit une réussite vont bon train dans la Capitale comme dans les coins les plus réculés du pays.


A moins d'une semaine de cette manifestation annoncée sur tout le territorie national, la panique au niveau du Secteur des Affaires est quasi-générale. Principales victimes des évènements violents des 6, 7 et 8 Juillet derniers, la plupart des propriétaires de magasins, de Super-Marchés et de Concéssionnaires de véhicules renforcent leurs clôtures. Les murs dressés sont si hauts qu'il est pratiquement impossible de voir l'architecture des magasins. En plus des clôtures totalement renforcés, les propriétaires des Magasins se renforceraient aussi en armes. Derrière ces masses de béton, il y aurait des armes automatiques racontent les plus bavards. On dirait une zone métropolitaine qui se prépare à la guerre. 


Dans les salons comme sur les Places Publiques, dans les Ecoles, les Universités comme dans les Marchés Publiques et sur les réseaux sociaux 17 Octobre et PétroCaribe sont dans toutes les conversations. La mobilisation est à son point culminant et la plupart des gens redoutent le chaos. 

Le pouvoir de son côté n'est pas resté les bras croisés. Le Secrétaire d'Etat à la Sécurité Publique Ronsard Saint Cyr a dénoncé un Coup d'Etat qui serait entrain d'être concocté par l'opposition et annonce des mesures pour y faire face.

Pour le Secrétaire d'Etat à la communication Eddy Jackson Alexis, membre fondateur de Pitit Dessalines qui est passé dans le Camp du pouvoir, le gouvernement se prépare à prendre ses responsabilités ce jour là car l'Etat ne peut pas avoir peur, dit-il. 
Dans la foulée, Jovenel Moise mène une campagne de charme auprès de la police. Il a rendu visite à la base du Corps de Maintient d'ordre sur la piste de l'aviation et au Commissariat de Cité Soleil. PhotoPhotoPhoto
Dans le plus grand bidonville du pays, il est rapporté que le Président Jovenel Moise n'était pas le bienvenu ce week end. Des militants ont érigé des barricades de pneus enflammés sur la nationale # 1 tout en scandant des propos hostiles au pouvoir. Toutefois, il est bruit que de fortes sommes d'argent auraient débloqués puis distribuées dans certains quartiers pauvres et dans les Commissariats de la zone Métropolitaine en vue de faire échouer la Marche du 17 Octobre. Une note vocale atribuée à un policier circule sur les réseaux sociaux dans laquelle ce dernier affirme avoir reçu 30.000 gourdes du Président Jovenel Moise pour mâter la mobilisation populaire.

Parallèlement, le gouvernement prévoit toute une série d'activités ce même 17 octobre pour rappeler l'assassinat du Père Fondateur notamment au Pont Rouge où le Président Jovenel Moise devrait déposer une gerbe de fleurs comme le veut la tradition. 
Les Pétrochallengers se préparent de leurs côtés á troubler la fête.

Le Ministre de la Jeunesse et des Sports Edwing Charles fraichement nommé a quant à lui rendu visite la semaine dernière aux habitants de La Saline et de Fort Touron deux quartiers chauds avoisinants du Pont Rouge et réputés proches de Lavalas en vue de calmer les esprits. Il serait né dans cette zone.

Cette psychose de peur créée par ce fameux 17 Octobre affecte presque tous les secteurs. Les activités mondaines ne sont pas non-plus épargnées. La plupart des soirées prévues pour les 15 et 16 octobre à Pétion Ville sont annulées soit par leurs promoteurs ou les groupes musicaux. Les boites de nuit de la Capitale chômeront eux aussi le mardi 16 selon un habitué des activités de nuit qui a parlé à Gazette Haiti.

Les banques fermeront leurs caisses à partir de 1 heure la veille de la manifestation. En témoigne une circulaire de la UNIBANK. Ce sera le cas pour la grande majorité de Magasins.

Au niveau des Ambassades Etrangères en Haiti, il est demandé aux expatriés de ne pas circuler dans les rues le 17 Octobre pour ne pas être victimes de violences. 

De son côté, la Police Nationale renforce ses dispositifs de sécurité. Les congés au niveau de l'institution policière sont annulés. Le CSPN prévoit de déployer un nombre important de policiers dans les rues les 16 et 17 Octobre prochains pour contrer les violences qui pourraient surgir dans le pays. 

Tout compte fait, comme en 2013 et 2014, le 212eme anniversaire de l'assassinat crapuleux de Jean Jacques Dessalines sera commémoré sur fonds de contestations de toute une population qui se bat pour que le procès des dilapidateurs des 3.8 milliards de dollars du Fond PétroCaribe soit réalisé afin de mettre fin au règne de l'impunité.

La Gazette