Ferme Latortue

L’ANAMAH interpelle les autorités à rétablir la paix et conseille les magistrats de limiter leurs déplacements dans la zone métropolitaine

Juge Jean Wilner Morin


L’Association nationale des magistrats haïtiens appelle ses collègues magistrats à faire preuve de fermeté dans l'application de la loi, de prudence dans la gestion de leurs déplacements individuels dans la zone métropolitaine de Port-au -Prince où les cas d'enlèvement défraient la chronique.  

La remontée vertigineuse des cas de kidnapping augmente la psychose de peur dans la société. La note de presse de l’ANAMAH, le prouve. Son président, en la personne du juge Jean Wilner Morin, conseille ses pairs à non seulement faire preuve de prudence dans la gestion de leurs déplacements individuels dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince où les cas d'enlèvement deviennent monnaie courante, mais aussi à faire preuve de fermeté dans l'application de la loi.

L’Association nationale des magistrats haïtiens dit constater avec douleur la remontée spectaculaire  du phénomène d’enlèvement contre rançon en Haïti dans les zones urbaines, en particulier.

L’association profite pour interpeler les autorités  garants de l'ordre public à  mettre tout en œuvre en vue de faire revenir la paix et la quiétude dans les familles pour que celles-ci puissent continuer de vaquer sereinement à leurs activités.

Dans ce contexte, l’ANAMAH tire la sonnette d’alarme sur la crise institutionnelle que traverse la PNH. “La police ne peut pas être en crise dans un contexte aussi difficile de la vie nationale”, estime l’Association nationale.

L’ANAMAH dit demeurer attachée aux principes de liberté associative et conseille le haut état-major de l'unique force de sécurité du pays d’adresser avec tact et intelligence le délicat problème ayant rapport au droit syndical constitutionnel de la  police nationale.

 

Michelson Césaire

Category

Politique

Culture

Economie

Sport