PubGazetteHaiti202005

«  N ap Mache pou Lavi » invite les protagonistes à se mettre ensemble pour doter le pays d'un accord politique unique et propose la mise en place d'un Groupe de Travail Inclusif

.

Le regroupement politique « N ap Mache Pou lavi » ( Marchons pour la vie) dans une résolution en date du 01 septembre, invite les différents acteurs à se mettre ensemble pour doter le pays d'un accord politique unique. A cet effet, la structure propose la mise en place dans le plus bref délai d'un Groupe de Travail Inclusif (CTI) formé de 6 personnalités, représentant respectivement les principaux protagonistes. 
 
Le pays s’enfonce davantage dans la crise après l’assassinat de Jovenel Moïse. Les violons ne s’accordent toujours pas entre les différents acteurs quant à la meilleure formule. Chaque secteur avec sa propre proposition croit avoir la solution.
 
En premier lieu, la résolution  du Protocole d'Entente Nationale ( PEN), regroupant plus d’une cinquantaine de partis politiques avait désigné le Président du Sénat, Joseph Lambert comme nouveau locataire du Palais National, avec Ariel comme premier ministre.
 
En deuxième lieu, l’accord du 30 août 2021 proposé par la commission de la société civile à la recherche d’une solution haïtienne à la crise optant pour  la mise en place d'un système gouvernemental bicéphale calqué sur le régime constitutionnel defini dans la constitution de 1987. Cet accord malheureusement n'a pas fait l’unanimité. 

En troisième lieu,  le projet-accord  politique du Premier Ministre Ariel Henry optant pour un exécutif monocéphale avec ses pleins pouvoirs .
 
Dans cette perspective, la structure politique N ap Mache pou Lavi ( Marchons pour la vie) voit la nécessité pour que les protagonistes puissent se réunir autour d'un accord unique pour sortir définitivement le pays de la crise. 
 
Le regroupement politique N ap Mache Pou Lavi (Marchons pour la vie) dit encourager les signataires du Protocole d’entente nationale (PEN), ceux de l’accord du 30 août et de la résolution du Sénat, les non-signataires et le Premier ministre de fait, Monsieur Ariel Henry, à se mettre ensemble pour définitivement doter le pays d’un accord politique.
 
Selon N ap Mache pou Lavi, cet accord doit prioriser les intérêts de la grande majorité de la population, en proie à la criminalité et à la misère, et de ceux qui se sont particulièrement sacrifiés pour la cause de l’État de droit pendant les années précédentes.
 
La structure politique, à cet effet, propose la mise en place, dans le plus bref délai, d’un Groupe de Travail Inclusif (CTI) formé de six (6)personnalités : un (1) représentant du Protocole d’entente nationale (PEN) ; un(1) représentant de l’accord du 30 août ; un (1) représentant du tiers restant du Sénat ; un (1) représentant du Premier ministre de fait ; un (1) représentant des non- signataires ; un (1) représentant de N ap Mache Pou Lavi (Marchons pour la vie).
 
La structure politique, « N ap Mache pou Lavi » précise que dans un délai de huit (8) jours au plus, le Groupe de Travail Inclusif (CTI) doit parvenir à l’accord unique dont le pays a tant besoin.
 
Ces travaux pourraient se réaliser, indique N ap « Mache pou Lavi », par consensus, sous le regard de trois personnalités choisies de la presse, de la Fédération des barreaux d’Haïti et de la chaire Louis Joseph Janvier. « Les acteurs doivent prouver leur bonne foi, faire preuve de patriotisme, de dépassement de soi, de tolérance et se montrer à la hauteur de la crise. Aucun groupe ne doit pas prétendre être hégémonique, personne n’a non plus le droit de perturber une démarche pour aider à trouver une solution ou de prétendre être le « juge » de l’autre. », met en garde la structure sociopolitique.
 
Par ailleurs, N ap Mache Pou Lavi (Marchons pour la vie) dit renouveler  sa foi dans la capacité des Haïtiens à refaire l’histoire. « Mettons-nous à la hauteur de ce pays que les pères fondateurs nous ont légué en héritage ! », appelle « Nap Mache Pou lavi ».
 
Pour les signataires de cette résolution notons les noms de :
1.Gédéon Jean, Av. Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH)
2. M. Arnold Antonin, Cinéaste et personnalité de la société civile
3. Mme Stephanie Albert, Initiative des femmes pour le développement des enfants d’Haïti (IFEDH)
 4. M. Georges Wilbert Franck, Union des Normaliens et Éducateurs d'Haïti (UNOEH)
 5. Mme Magdala Michel, Action des Jeunes pour l’avancement d’Haïti (AFASOH
 6. Robinson Pierre-Louis, Av., Avocat et personnalité de la société civile
7. M. Emmanuel Brignole, Se Trop Atò
8. M. Gerald François , Nou Vle Viv
9. Evenson Jean, Av.,Réseau des organisations de la société civile (ROC)
10. M. Jean Marck Nicolas, Secteur de la jeunesse haïtienne (SEJAH)
11. M. Luck Williamson François , Syndicat des Marins Professionnels haïtiens (SMPH)
12. Kedma Dérival, Av., Avocat et personnalité de la société civile
13. Samedi Simson, Av., Initiative Oganizasyon Baz ak Militan Yo (INIBAZ), 
14. M. Rachel Jean Michel, Groupe de réflexion et de recherche universitaires pour le développement intégré (GRREUDI)
 

 

Par: Fenel Pélissier

Politique

Culture

Economie

0 comments

Sport