ONA - Ferme Latortue - Advertising

 

Le président Jovenel Moïse tente de justifier la caducité du Parlement

Photo

Le Président Jovenel Moïse a tenté ce lundi de justifier sa décision de déclarer caduc le Parlement, peu de temps après ses tweets annonçant la fin du mandat des députés et les deux tiers du Sénat de la République. 

Le locataire du Palais National a évoqué des manquements du Parlement l'empêchant de remplir sa mission au cours de cette législature. Selon lui, c'est ce qui aurait empêché la tenue des élections pour le renouvellement du mandat des Députés et des pères conscrits. 

Comme pour justifier sa volonté de diriger le pays par décrêt, le Chef de l’État a fait l’historicité du Parlement de 1987 à 2020 dont la pluspart des législatures n'ont pas pu se renouveler à temps. 

“ J'ai convoqué le Parlement à l’extraordinaire le 12 septembre 2018 pour voter le projet loi électoral. Ce qui n'a pas été fait. Novembre 2018, le budget national a été élaboré dans lequel une enveloppe de 40 millions de dollars était affectée à l’organisation des élections. Le budget n'a pas été voté”, a avancé le Président Moïse qui bénéficiait d'une majorité dans les deux Chambres du Parlement. 

Lors d'un point de presse ce lundi au Palais National, le premier mandataire de la nation qui n'a avancé aucun argument légal pour justifier sa décision a tenté de se dédouaner en évoquant d’autres manquements du pouvoir législatif à qui il impute toutes les responsabilités. 

“Le 14 mai 2019, j'ai convoqué le Parlement pour la ratification de la politique générale du PM Lapin, l’accord de Taïwan et le Code pénal. le vote n'a pas eu lieu”, soulève-t-il. Jovenel Moïse explique pour couronner le tout que de mai 2019 à septembre : six séances pour la ratification de deux Premiers Ministres ont été boycottés par les Sénateurs de l'opposition.

Pour Jovenel Moise, ce moment devrait constituer une bonne opportunité pour que tous les secteurs s'entendent sur un accord afin de réaliser un ensemble de réformes indispensables au développement du pays. Comme s'il était impatient de voir partir certains parlementaires hostiles à sa gestion, le Président Jovenel Moise n'a attendu que deux minutes après minuit pour faire son premier tweet constatant la caducité du Parlement.

La plupart des partis politiques et membres de la société civile désaprouvent la décision de Jovenel Moise qui, selon eux, n'a pas organisé des élections pour pouvoir diriger le pays par décrêt en l'absence de la 50ème Législature. 

 

LA GAZETTE

Category

Politique

Culture

Economie

Sport