HAITI/GANGS:- Assassinat de Ti Hougan: entre frustrations de ses soldats et causes politiques

Submitted by gazettehaiti on Fri, 11/29/2019 - 20:19
Photo

PORT-AU-PRINCE, Le 29 novembre 2019

 

Le Chef de gang de Cité Soleil Ginel Louis dit Ti Hougan a été abattu ce vendredi 29 novembre 2019 par un de ses soldats, le nommé Ti Joseph. Plusieurs de ses gardes du coprs ( 3 au moins) ont été aussi assassinés et d'autres blessés lors de cette attaque surprise. 
Les autres cadavres auraient été brûlés tandis que celui de Ti Hougan est pour l'instant porté disparu. Il aurait été emporté par ses assassins

Selon les premières informations, les frustrations au niveau de sa troupe seraient à la base de cet assassinat. Selon une enquête de Gazette Haiti, les soldats de Ti Hougan étaient jaloux des moyens économiques dont il disposerait. Par exemple, le Chef de gang se préparait à inaugurer ce week-end un complexe comprenant hôtel et piscine dans son quartier Boston situé dans le plus grand bidonville du pays. L’hôtel comporterait 12 chambres. D'ailleurs, il a été exécuté au bord de la piscine situé dans la zone de MICHIKO. Il était aussi à la tête d'une Fondation dénommée « Fondation SABATHEM ». Des rumeurs lui prêtaient des liens privilégiés avec certaines personnalités du pouvoir et des hommes d’affaires de la place.

En plus de tout cela, Ti Hougan était propriétaire de plusieurs Mini-Bus travaillant dans le transport et un Multi-Service a appris le Journal. Des soldats du Chef de gang étaient devenus jaloux et frustrés car eux ne possèdent rien. On rapporte aussi que l’enfant terrible de Boston était devenu arrogant vis-à-vis de ses soldats.


Après avoir rallié certains soldats, Ti Joseph un des ses lieutenants a finalement réussi son coup. Il a éliminé son Chef. Suivant la tradition, l'assassin de Ti Hougan devrait ipso facto le remplacer comme chef du quartier Boston.

Des raisons politiques auraient aussi 
précipité son assassinat, a expliqué un de ses proches. Historiquement, le Chef de gang de Boston, porte d'entrée de la Cité, détient toujours un pouvoir étendu sur le bidonville. C'est en ce sens que, comme d’autres avant lui, Ti Hougan jouait un rôle important dans les derniers mouvements de protestation contre le pouvoir. Etant placé à l'entrée principale de la Cité, aucune manifestation ne peut sortir de la zone sans son autorisation. Des lieutenants de Ti Hougan déjà frustrés auraient pu être aussi manipulés pour l’éliminer, dans le but de stopper la mobilisation, d'autant que les barricades érigées sur la nationale # 1 à partir de Cité Soleil étaient l’œuvre des jeunes du quartier de Boston, nous a-t-il expliqué. Précisons aussi qu’il n’y a pas que des opposants au Président Jovenel Moise à Cité Soleil. Le Pouvoir a aussi sa base. La zone de Warf par exemple, dirigée par le Chef de gang Gabriel serait sous l'emprise du Député de la Circonscription, Lemaire Pierre, membre de la majorité présidentielle.

Depuis l'assassinat de Ti Hougan, c’est la panique dans la Cité, apprend le journal. Plusieurs des militants de l'opposition, notamment ceux regroupés au sein de la base ANASI, famille et proches de Ti Hougan ont déjà pris le macquis par peur d'être attaqués à leur tour, à en croire les informations recueillies par Gazette Haïti.


Il est dit que sous le règne de Ti Hougan, le Kidnapping était totalement combattu à Cité Soleil. Il réprimait avec rigueur tous contrevenants, pour citer notre source. Ce chef de gang qui se présentait, à la manière de tant d’autres comme un agent de développement, a été le premier à remettre quelques armes dont des fusils d'assaut à la Commission de désarmement créée par le Président Jovenel Moise.

Pour l'instant, en attendant la présentation du nouveau Chef de Boston, le plus grand bidonville du pays est sous le controle de ISKA à BELEKOU et Gabriel, bloc Warf.
L'assassinat de Ti Hougan pourrait faire basculer Cité Soleil, à nouveau dans la violence. Depuis quelques temps, on avait pas enregistré d'affontement entre gangs armés dans ce vaste bidonville. 


Rappelons qu'il y a 15 ans, durant le mouvement GNB, le quartier de Boston à Cité Soleil était dirigé par le Chef de gang Labanyè. C'était le seul quartier, dit-on, pro- groupe 184 de Andy Apaid, l'opposition à Aristide, tandis que les 33 autres étaient réputés proches du secteur Lavalas. Après le départ de Jean Bertrand Aristide, le lieutenant de Labanyè, Evens Ti Kouto, sous l'instigation du tout puissant Dread Wilmé allait l'assassiner. Il fut alors nommé Chef de Boston, ce qui avait permis à Wilmé d’avoir le contrôle de toute la Cité. Evens Ti kouto après des années de terreur à Cité Soleil allait être appréhendé sous le gouvernement de René Préval qui avait invité les bandits à « choisir entre la mort et la prison ». Il allait finalement mourir en prison.


Depuis un certain temps, les gangs armés se propagent et dictent leur loi à travers tout le pays. Martissant, plusieurs zones du département de l’Artibonite, par exemple, sont sous le contrôle des hommes armés. Pas plus tard que mercredi, le député de Gros-Morne Fritz Chery a été kidnappé puis libéré par la suite dans la localité de Savien.
La Commission de désarmement, de démantèlement et de réinsertion ( CNDDR) a répertorié 76 gangs actifs sur le territoire, dont la plupart, seraient de connivence avec des autorités de l’Etat dont des parlementaires et d’autres groupes économiques puissants du pays. Des membres de l'opposition auraient également des relations avec des bandits armés dit-on. 

Ce jeudi 28 novembre au Palais National, le Président Jovenel Moise a promis de neutraliser les zones de non-droits. Il a déclaré « avoir doté la police de matériels adéquats pour faire face aux bandits qui sèment le deuil dans les familles haïtiennes ». 


La Gazette