216ème anniversaire de Vertières:- Face aux menaces de l'opposition, Jovenel Moise évite le Cap

Submitted by gazettehaiti on Mon, 11/18/2019 - 17:18
Photo

PORT-AU-PRINCE, Le 18 nobembre 2019

 

Le Président Jovenel Moise une nouvelle fois a été contraint de limiter ses déplacements à l'occasion du 18 novembre 2018. Le Chef de l'Etat n'a pas pu se rendre au Cap Haitien pour commémorer à Vertières les 216 ans de l'épopée de 1803. 
Après avoir évité le Cap Haitien sous pression de l'opposition et déposé une gerbe de fleurs, il a organisé une cérémonie en demi-teinte au Palais National, en présence des membres du gouvernement et quelques cadres de l'administration publique
.

La plupat des invités dont les Présidents des deux chambres Gary Bodeau et Carl Murat Cantave invités ont boudé l'invitation du Palais National totalement barricadé par les forces de l'ordre. Le Core Group considéré comme grand support du Président de la République a aussi brillé par son absence. Aucun Parlementaire ayant supporté le pouvoir prandant leur 4 ans de mandat n’a pas non plus été remarqué.

A l'occasion d'une cérémonie à laquelle ont participé seuls les membres de l'équipe au pouvoir, hauts fonctionnaires, les Hauts Etats Majors de la Police Nationale et de l'Armée dont le Général en Chef par intétim de l'armée Jodel Lessage et Normil Rameau, le Président Jovenel Moise a fait appel une nouvelle fois au dialogue pour résoudre la crise politique. Il dit vouloir dialoguer avec l'opposition en vue d'aboutir à la formation d'un gouvernement d'Union Nationale avec une feuille de route permettant de faire un ensemble de réformes au niveau de l'Etat: réforme constitutionnelle, réforme énergétique, réforme de l'administration publique, réforme dans le système de crédit etc. 

« Le pays est divisé et déchiré », reconnait le Président appellant ses adversaires à suivre l'exemple se nos ancêtres qui ont fait 1803 à Vertières dans l'unité.

Par ailleurs, Jovevel Moise a redit sa détermination de mettre fin au système qu'il qualifie de  « Peze Souse ». Tout en reconnaissant avoir pris la décision de poser cette problématique tard, le Président rejette les allégations selon lesquelles, il serait le gardien du système. 

« Gade m dwat nan je pou m wé si m ka kont nou ak si m ka mèt ak gadyen sistèm lan », a lancé Jovenel Moise s'adressant à la population. 

D'un autre côté, il invite les forces vives du pays, les Eglises Catholique et Protestante, les artistes à élever leur voix pour réclamer la paix. Se présentant comme un fils du peuple placé à la tête du pays, le Président promet de Kraze koulèv 7 tèt la ( tuer la couleuvre à 7 têtes ).

A l'issue de la cérémomie, le Président s'est félicité d’avoir travaillé au retour des Forces Armées d'Haiti qui « jouent, aujourd'hii, un rôle important dans le developpement du pays ». Il a salué le travail des jeunes soldats qui travaillent dans des conditions très difficiles. 
Jovenel Moise a aussi salué le travail des policiers en ces moments de troubles politiques. « Ils n'ont pas cédé à la provocation », dit-il. Il a une fois de plus rappelé que son gouvernement ne répondra pas par la violence face à la violence qui s’abat sur le pays.

Rappelons que selon un rapport de l'Amnesty International 50 personnes ont été tuées en un 1 mois et demi de prorestation en Haiti dont 19 par la police nationale. 

Le Président de la République promet de travailler pour que la paix et la sérénité reviennent en Haïti. 

En une phrase, Jovenel Moise a effleuré le massacre de la Saline. Le Président qui s'est toujours tû sur ce dossier a demandé au Ministre démissionnaire de la Justice Roody Ally d'en faire le suivi.

Entre temps, dans la plupart des régions du pays, la population manifeste dans les rues pour réclamer la démission du Président Jovenel Moise.

La Gazette