HAITI/CRISE:- Raz de marée de l'opposition dans la Capitale et les villes de province pour exiger le départ de Jovenel Moise/ Au moins un mort

Submitted by gazettehaiti on Fri, 10/04/2019 - 19:41
Photo

PORT-AU-PRINCE, le 04 Octobre 2019
(www.gazettehaiti)

 

A l’appel de l’opposition, une marée humaine a déferlé ce vendredi dans les rues de Port-au-Prince pour forcer le Président Jovenel Moise à quitter le pouvoir. Après avoir affronté les agents du CIMO qui montaient la garde à 50 mètres de la base de l'ONU et qui ont finalement capitulé, la foule chauffée à blanc, a triomphalement défilé jusqu'à proximité de l'aéroport Guy Malary.Les manifestants ont été par la suite contraints de bifurquer à gauche vers la rue Piquant par les forces de l'ordre voulant protéger les aires de l'Aéroport International Toussaint Louverture.

 

Venus de différents points de rassemblement de la région métropolitaine, les manifestants après une altercation avec la police ayant fait deux blessés par balles dans les parages du Viaduc, ont longé la route de l'aéroport aux sons des bandes à pied et un Truck Son. Ayant à sa tête les différents leaders de l'opposition dont Youry Latortue, Volcy Assad, Nenel Cassis, André Michel, Evalière Beauplan, Antonio Cheramy «  Don Kato » Clarck et Lydie Parent, Arnel Bélizaire, Rony Timothe, et Biron Odigé, la marée humaine qui chantait et dansait n'avait qu'une destination: la base de l'ONU où, une lettre devait être remise au Représentant Spécial de l'Organisation en Haiti.

Sur tout le parcours, les manifestants qui ont foulé le macadam pacifiquement lançaient des propos hostiles à l’endroit du Chef de l’Etat dont ils réclament la démission et du Core Group. Après avoir été dissuadée d'emprunter la route menant vers l'aéroport ( Zone stérile) par certains de leurs leaders et les agents du CIMO à l'aide de gaz lacrymogènes, la foule qui n’arrêtait de grossir a finalement repris son trajet normal pour se diriger vers la base de l'ONU. 

Des pneus enflammés ont été déposés sur la chaussée tout le long du parcours. 
Arrivés, devant la base de l'ONU, la situation allait se dégénérer quant les manifestants ont tenté de briser le barrage des agents du CIMO. Un violent affrontement entre les protestataires et la police contre lequel une pluie de pierres ont été lancés. Des journalistes tombés en syncope et des policiers blessés. Dans la foulée, un policier du CIMO a été dépossédé de son arme. 

 

Photo

Entre temps, une délégation composée des Sénateurs Nenel Cassis, Evalière Beauplan, Dieuseul Simon Desras, du leader de OdepHaiti Volcy Assad, des députés Manès Louis, Roger Milien, Reynald Exantus, du Représentant de Pitit Dessalines Abel Laurestan et du Prof Josué Mérilien a été reçue par le chef de Sécurite de l'ONU en Haiti mandaté par la représentante de l'organisation( nom). La délégation qui a remis une lettre demandant à l'ONU de mettre un terme à son soutien au Président Jovenel Moise en a profité pour échanger autour des revendications de l'opposition et de la population. Ils lancent un ultimatum de 24 heures aux Nations Unies pour se désolidariser du Président sinon les manifestations vont s'intensifier dans tout le pays et les représentations de l'ONU seront à chaque fois prises pour cibles. 

Dans les viles de provinces dont le Cap Haitien, Mirebalais, St Marc, Miragôane, Petit Goâve et Jacmel des miliers de personnes ont aussi gagné les rues pour demander la démission de Jovenel Moise. Aux Gonaïves, après la manifestation qui était totalement pacifique, des civils armés ont défilé dans la Cité de l'Indépendance dans le cadre d'un mouvement baptisé "Mache Pran yo". Au Cap Haitien, la manifestation s'est soldée par un mort. Il s'agit de Caroline Jean, agée de 50 ans. La commerçante a été tuée d'une balle à la tête alors qu'elle revenait d'achter des boissons gazeuses. Lors d’échauffourées entre les forces de l'ordre et les manifestants qui voulaient se rendre dans la zone de Carrénage, elle a été mortellement atteinte laissant derrière elle 4 enfants. 

Dans la Capitale comme dans les villes de province, des blessés et des arrestations ont été aussi enregistrés. Tard dans la soirée, une partie des manifestants qui revenaient de la base de l'ONU a pris la direction de Pétion Ville. La foule a été dispersée par les agents du CIMO. 

Les leaders de l'opposition appellent la population à intensifier la mobilisation pour forcer le Core Group dont fait partie la représentante de l'ONU en Haiti à lâcher Jovenel Moise.

Mis à  part le comédien Matyas Dan D'or, aucun autre artiste n'a été remarqué sur le parcours de la manifestation.

Reportage Jose Emmanuel