Mobilisation/Grêve:- Journée morte dans la Capitale et plusieurs villes de province/ Assemblée nationale renvoyée

Submitted by gazettehaiti on Mon, 06/10/2019 - 19:39
Photo

Port-au-Prince, le Lundi 10 Juin 2019
(www.gazettehaiti.com)


Toutes les activitée ont été paralysées dans la Capitale Haitienne et certaines villes de province 24 heures après la grande manifestation pour réclamer la démission du Président Jovenel Moise.

L'administration publique, le Privé, les Banques commerciales, les transports en commun, les Super-Marchés, les Marchés Pubmics, tout est fermé. Les activites sont au point mort. Des organisations syndicales avaient annoncé deux journées de grêve(Lundi-Mardi) pour forcer le Président Jovenel Moise à quitter le pouvoir. 

Parallèlement, dans divers coins de la zone métropolitaine, des barricades de pneus enflammés sont érigés sur la chaussée. Dans la foulée, des manifestants ont attaqué à coup de pierres les locaux de Radio Télé Ginen et incendié plusieurs véhicules pour protester contre l'assassinat d'un chauffeur de taxi perpétré selon eux par le Responsable de l'USGPN Dimitri Hérard. Ils accusent la Radio Télé Ginen d'être pro- pouvoir. 

Face à la situation de tension qui règne un peu partout dans le pays et l'annonce d'une manifestation devant le Parlement pour empêcher l'ouverture de l"ouverture de la 2ème session ordinaire de l'année Legislatif, le Président du Sénat Carl Murat Cantave annonce avoir renvoyé sine die la séance. Le Président Président du Grand Corps qui se trouvait seul au Sénat a expliqué que la non tenue de la séance n'aura pas de conséquences sur les Députés qui devaient rentrer des vaccances. Mr Cantave a évoqué la théorie de précédent très à la mode depuis quelques temps. Signalons l'abscence du Président de la Chambre des Députés Garry Bodeau. 

Selon des informations, plusieurs Députés dont des opposants au pouvoir avaient fait le déplacement mais sont repartis puisque la grande majorité a brillé par son abscence. Lors d'une conférence de presse, le Sénateur Antonio Cheramy dit Don Kato avait appelé la population à aller siéger au Parlement si cette séance devait avoir lieu. 

Pour certains juristes, les Députés ne pourraient plus retourner au Parlement une fois cette ouverture de la dernière session boycottée. Faux rétorque Carl Murat Cantave. 

Quant aux opposants au pouvoir le boycott de cette séance constitue une véritable victoire dans le cadre de la lutte. Ils ne jurent que par le renvoi de la 50ème Lègislature.

La Gazette