Haiti/Société:- Quand des citoyens veulent « RASIRE AYITI »

Submitted by gazettehaiti on Fri, 02/01/2019 - 15:09
Photo

Port-au-Prince, le Vendredi 1er Février 2019
(www.gazettehaiti.com)


Une nouvelle structure est née au sein de la société civile haïtienne. Il s’agit de « Rasambleman sitwayen pou refondasyon Ayiti »
Présenté sous l’acronyme RASIRE AYITI

Ce regroupement de citoyens et citoyennes a été présenté à la presse ce jeudi 31 janvier 2019 et se fixe pour objectif d’alimenter des réflexions sur le réel haïtien et les conditions d’existence et d’épanouissement de l’Etat-nation. 
Créé à l’initiative du colonel, Himler Rébu, devenu commentateur et analyste politique, RASIRE AYITI, est un regroupement de citoyens et citoyennes, issus de plusieurs secteurs de la vie nationale.
Au rang de ces derniers on compte entre autres des responsables de partis tels, Egard Leblanc Fils, Rosemond Pradel ou encore Jean André Victor ; des éléments de la classe des affaires et ou de la presse : Jean François Tardieu, Hérold Jean François ; de femmes militantes, anciennes ministres/parlementaires, parmi lesquelles Josette Bijoux et Eveline Cheron. 

Dans son acte constitutif, RASIRE AYITI est défini comme une association sans but lucratif, non confessionnelle et politiquement autonome. Il aura fallu pas moins de cinq mois de discutions entre les membres de cette structure avant qu’elle ne prenne naissance. Selon les initiateurs, l’association se veut un groupe de réflexion, un espace de plaidoyer où les adhérents à ce projet souhaitent pouvoir influencer l’action des pouvoirs publics. 

A en croire Josette Bijoux, membre de RASIRE AYITI, « il s’agira de produire des réflexions autours de la situation socio-économique du pays, de les accoucher sous forme de documents et de les mettre à la disposition des autorités constituées » 
Parallèlement, l’ancienne ministre de la santé en a profité pour lancer une invitation générale à prendre part à cette initiative. "RASIRE AYITI est une structure ouverte et inclusive", a laissé entendre le docteur en médecine.
A tout point de vue, Haïti vit actuellement une période très préoccupante. Dans un tweet publié sur son compte Facebook, l’économiste Eddy Labossière alerte sur la dégradation de la situation socio-économique du pays.
«Le financement monétaire, de la Banque de la république d’Haïti (BRH), du déficit budgétaire du gouvernement, consécutif à un déficit de plus de 10 milliards de gourdes pour le seul premier trimestre de l’exercice 2018-2019 est un poison mortel pour la gourde » critique-t-il. "

Le taux de change sera bientôt de 140.00 gourdes pour un dollar et cela risque de provoquer la chute du pouvoir", prévient-il.


Gyrvinsky Turnier