Haiti/Société: Quand Daniela Jacques met le doigt dans la plaie.

Submitted by gazettehaiti on Mon, 11/19/2018 - 19:25
Photo

Port-au-prince, le 18 Novembre 2018
(www.gazettehaiti.com)


Ayant eu un grave malaise dû à sa grossesse la veille du 18 Novembre, la Présidente de la CCFEH était dans l'impossibilité de trouver un medecin ou un hôpital avec un service d'urgence fonctionnel. Son seul secours etait Dieu! Et c'est  sur son compte Facebook qu'elle a poussé son cri.

Nous publions dans toute son intégralité ce texte interpellateur


Exigeons ce qu’il y a de meilleur pour nous et les nôtres... Daniella Jacques, une citoyenne indignée

Ce 17 novembre 2018 un peu vers 11h PM je ne me sentais pas bien du tout. Comme c’est un week-end de congé, la tradition ici c’est que tout le monde ou la plupart des gens qui ont les moyens quittent la capitale dont les médecins, etc. 

J’ai commencé à paniquer en me posant des questions “que vais-je faire? où aller? quel hôpital reçoit des cas d’urgences en ce moment?” C’est un mauvais jour puisqu’on est à la veille du 18 novembre, la veille d’une grande manifestation pour demander #kotkobpetrocaribe. Donc tout est fermé...

J’avoue que j’avais peur pour moi, pour mon bébé, aucun numéro d’urgence, aucune ambulance, aucun hôpital... je m’angoissais en imaginant le pire. Et si mon cas nécessitait l’intervention d’un personnel médical, je suis à une période fragile de ma grossesse et si j’allais accoucher... oh jamais vous ne pourrez imaginer ce moment de stress, de panique d’impuissance.

En tant que croyante, ma seule porte de sortie était de prier, d’implorer Dieu à me faire grâce. Si tout est revenu dans l’ordre je crois que c’est parce que mon heure n’a pas encore sonné. Mais savez-vous vous que c’est la situation quotidienne de la majorité de la population? 

Chaque jour des milliers de personnes meurent juste parce qu’elles n’ont pas accès à une consultation médicale. Je crois que nous devons penser à notre vie, à la vie de nos enfants, de nos parents, de nos proches. Nous devons exiger que l’Etat prenne les dispositions nécessaires pour doter le pays d’un système de santé qui offrira à chaque personne la chance de se faire soigner. 

Certains pensent qu’ils ne sont pas concernés car ils ont les moyens pour appeler un avion-ambulance ou hélicoptère... mais ne vous faites pas d’illusion nous allons tous crever comme des bêtes. 

Avec cet argent on aurait pu avoir ce qu’il faut pour sauver les femmes enceintes (la mère et le bébé), avec cet argent on aurait pu avoir des hôpitaux sur tout le territoire du pays... hélas il a été dépensé dans des projets bidons et aujourd’hui le peuple meurt sans nourriture, sans soins médicaux et sans éducation. 

Ce 18 novembre me révolte, ce matin j’étais contente de me retrouver vivante grâce à Dieu. Mais combien de femmes enceintes n’ont pas vu le jour... 

Je ne peux pas marcher mais je vous encourage à le faire pour vous, pour vos enfants, pour votre famille, pour vos amis. Allez demander #KotKobPetroCaribeA 
car nous aurions pu résoudre ce problème, nous avons droit à un système de santé équitable pour tout le monde. 

Chacun d’entre nous indistinctement est concerné car personne ne sait quand elle aura une urgence qui nécessite l’intervention d’un personnel médical, personne... 

Fait à Petionville, le 18 novembre 2018 
Daniella Jacques, une citoyenne indignée 
#Ayiti2054