A Vertières:- Moïse Jean-Charles a franchi la ligne rouge

Submitted by gazettehaiti on Mon, 11/12/2018 - 17:25
Photo

Port-au-Prince le 12 Novembre 2018

(www.gazettehaiti.com)

Editorial 

Par Jose Emmanuel politologue 


Pour un coup d'éclat, c'en est un! 
L'obsession de l'enfant du Nord d'occuper toujours l'espace médiatique a bien marché par ce coup de com, que bcp considèrent comme un coup de folie. La nouvelle de Moïse Jean Charles à la tête d'une manifestation au Cap-Haitien où, porté comme à son habitude par des militants, il a eu l'outrecuidance de hisser à Vertières un Drapeau Noir et Rouge à la place de notre bicolore a eu l'effet d'une bombe. Comme il en rêve toujours, il a créé un vrai buzz. Toute la ville en parle. En One man-show, tous les projecteurs sont braqués sur lui. Profitant de la faiblesse du pouvoir actuel empêtré dans le dossier Petrocaribe, Moïse a défié l'autorité de l'Etat.

Sauf que cette fois-ci, l'homme qui semble ne voir que lui seul dans son miroir a poussé le bouchon un peu trop loin et franchi la ligne rouge en s'attaquant au coeur, à l'âme de la Nation: Son Drapeau. A part quelques affidés, l'opinion publique est consternée. Certains questionnent même la santé mentale du Secrétaire général de Pitit Dessalines.

Le débat n'est pas de prendre pour pretexte que le père de l'indépendance haïtienne Jean Jacques Dessalines en avait changé la couleur en Noir et Rouge en 1805 après s'être proclamé Empereur et en tant que seul digne fils héritier de Jacques 1er, quelqu'un peut se lever un beau matin et décider pour les 12 millions d' haïtiens sans titre et qualité. Jusqu' à date Moïse Jean Charles n'avait pas prêté serment comme Chef de l'Etat. D'où tire-t-il cette prérogative et cette légitimité? Et même si c'était le cas, nous sommes en démocratie, aucun Président responsable et respectueux de son peuple n'oserait poser une telle action sans un débat ou consultation nationale.

Point n'est besoin de rappeler qu'un Drapeau est l'élément fondamental d'une nation. La Constitution haïtienne( amendée ou pas), décidée par le peuple via le référendum de 87 reconnaît qu'il en existe qu'un seul. 

Elle stipule dans ses : 

ARTICLE 2:
Les couleurs nationales sont: le bleu et le rouge.

ARTICLE 3:
L'emblême de la Nation Haïtienne est le Drapeau qui répond à la description suivante:

a) Deux (2) bandes d'étoffe d'égales dimensions: l'une bleue en haut, l'autre rouge en bas, placées horizontalement;

b) Au centre, sur un carré d'étoffe blanche, sont disposées les Armes de la République;

c) Les Armes de la République sont : Le Palmiste surmonté du Bonnet de la Liberté et, ombrageant des ses Palmes, un Trophée d'Armes avec la Légende: L'Union fait la Force.

De ce fait, le geste de l'ancien candidat à la présidence, en plus d'être scandaleux, est illégal et mériterait d'être sévèrement condamné. Il ne s'agit pas ici seulement d'une condamnation pénale( ce qui lui serait un énorme cadeau politique dans cette conjoncture), mais aussi d'une réprobation générale de la société, de notre corps social régi par des principes, des règles, des lois. Haiti n'est pas une jungle où l'on peut décider de vivre selon ses propres normes. 

La classe politique, notamment le Secteur democratique et populaire doit réagir. Lutter pour le départ de Jovenel Moïse n'excuse pas tout. 
Le fait d'être un opposant au pouvoir en place ne justifie pas tout. Nul n'est au dessus de la loi. Encore moins un leader politique qui ne rate jamais une occasion pour denoncer des actes jugés arbitraires. 

Aujourd'hui au regard d'un tel comportement, est-il exagéré de penser que Moïse ne croit pas vraiment en la démocratie, tel qu'il le prétend? D'une part, cette notion impose des limites. D'autre part, encore plus que le règne de Dessalines dont il dit vouloir défendre l'idéal, ce fameux Drapeau Noir et Rouge symbolise près de 30 ans de dictature. 
Creusons un peu plus la logique: 
comment compte-t-il s'y prendre avec les Duvalieristes en embuscade depuis un certain?
Sommes-nous en présence d'un "bluff politique" qui se démasque tout seul petit à petit ? Certains analystes parlent même de diversion politique. 

S'il est vrai que nous devons nous inspirer de l'histoire, mais aucun acte démagogique ne saurait apporter le progrès en Haiti. Ce n'est pas par ces actions anarchiques que la population haïtienne aura droit à un système de:
-santé adéquat qui l'empêchera de mourir faute de soins;
- infrastructures routières pour désenclaver les régions;
- enseignement moderne et adapté aux réalités du pays;
- justice qui mettra fin à l'impunité et combattra les actes de corruption;
- crédit en faveur de la classe moyenne, particulièrement les jeunes leur permettant d'investir pour la création de richesses, etc.

Le pays, au delà du combat contre la corruption incarné aujourd'hui par le "Mouvement Petrochallenge", fait face à une crise sérieuse d'un système de gouvernance dépassée, qui exige le rassemblement de toutes les forces vitales pour un nouveau départ. A moins d'être atteint d'un égocentrisme "pathologique", personne ne peut prétendre détenir des solutions messianiques aux problèmes d'Haïti. Notre salut sera que s'il est collectif sinon.. Le chaos! 

Peut-être que l'ambition présidentielle démesurée de Moïse Jean-Charles se résume par cette formule" Moi ou le néant"

La Gazette