Dossier PétroCaribe:- Le leader de Pitit Dessalines Jean Charles Moise appelle à l'intensification de la mobilisation pour chasser Jovenel Moise du Pouvoir

Submitted by gazettehaiti on Thu, 10/25/2018 - 20:22
Photo

Port-au-Prince, le Jeudi 25 Octibre 2018
(www.gazettehaiti.com)


Pour Jean Charles Moise, les mouvements spontanés enclenchés dans le pays doivent s'intensifier pour faire partir le Président Jovenel Moise. Selon lui, il nest pas question d'attendre la date du 18 Novembre pour pousser Jovenel Moise à la démission car ce dernier ne peut pas garantir un procès équitable vu qu'il est lui aussi indexé dans les deux rapports du Sénat.

Selon lui, les démarches du pouvoir quant à ce dossier ne visent qu'à blanchir ceux qui ont volé l'argent a indiqué l'opposant de Jovenel Moise.
Participant à l'émission Haiti Debat sur Scoop FM, le leader de Pitit Dessalines s'est dit réjouit du niveau de conscientisation de la population en ce qui a trait au dossier PétroCaribe. Il a par ailleurs rassuré quant à une alternative pour remplacer le Chef de l'Etat. On va faire appel à la jurisprudence pour combler le vide qui serait créé après le départ du Président. Selon la proposition de Pitit Dessalines, la Présidence serait assurée par un Juge de la Cour de Cassation et l'opposition s'entendra pour désigner un Premier Ministre. 

Toutefois, Jean Charles Moise met l'International et le Secteur Privé des Affaires en garde contre toute velléité de rééditer l'expérience de 2004, en important leur solution aux dépends de la volonté du peuple. Si hier ces secteurs pouvaient imposer leur solution, il en est tout autre aujourd'hui, déclare-il. 

D'un autre côté, le leader de Pitit Dessalines a appelé les membres du Secteur Privé qui avaient  financé la Campagne electorale de Jovenel Moise á le conseiller de démissioner pour ne pas être victime de la fureur de la population. 
Il a au passage égratigné certains leaders qui se montrent aujourd'hui, dit-il très actifs dans le dossier PétroCaribe alors qu'au Sénat de la République, ils l'ont combattu à cause de l'interpellation du Premier Ministre Michel Duvivier Pierre Louis. Aux moins trois des Sénateurs qui sont au devant de la scène aujourd'hui étaient contre l'idée d'aborder ce dossier, rappelle Jean Charles Moise. Et comme pour annoncer les couleurs,  Moise dit qu'il ne fera pas de cadeau dans son combat visant à juger les dilapidateurs des Fonds PétroCaribe. Le moment venu, la responsabilité de tout un chacun sera fixée, prévient Jean Charles Moise qui se pose en principal instigateur des mouvements  de protestations enclenchées dans le pays pour trouver les 3.8 milliards dollars dillapidés. 

La Gazette