Dossier PétroCaribe:- La démonstration de force du 17 Octobre impose un grand coup de balai au Palais National / L'opposition dit trop tard trop vieux

Submitted by gazettehaiti on Mon, 10/22/2018 - 20:38
Photo

Port-au-Prince, le Lundi 22 Octobre 2018
(www.gazettehaiti.com)

C'est le branle- bas au Palais National de depuis les évènements du 17 Octobre dernier. Le Président Jovenel Moise décide enfin d'écarter des amis et proches devenus encombrants pour l'avenir de son quinquennat. Considérés comme des intouchables, le Chef de Cabinet de Jovenel Moise Wilson Laleau, ainsi que son Secrétaire Général Yves Germain Joseph ont été finalement lâchés. Selon un arrêté Présidentiel, les deux hommes forts du pouvoir ont été révoqués puis remplacés par Nahomme Normil et Hilbert Lebrun et nommés respectivement Chef de Cabinet du Chef de l'Etat et Secrétaire Général de la Présidence .

Selon des informations, Laleau a été contraint de partir vu qu'il n'a pas voulu démissionner. Pour le forcer à quitter sa fonction, le Président Moise a dû prendre un arrêté pour révoquer tous les membres de son Cabinet. Au total 18 members du Cabinet sont renvoyés. Dans un tweet immédiattement après les évènements du 17 Octobre, le Chef de l'Etat avait appelé tous les commis de l'Etat indéxés à se mettre à la disposition de la justice. 

L'opposition rejette la décision du Président Jovenel Moise de liquider son Cabinet. Selon Me André Michel Jovenel Moise n'a pas la crédibilité pour révoquer des gens impliqués dans la dilapidation des Fonds PétroCaribe vu que lui aussi est mouillé jusqu'au cou, dit-il. Le leader de ODEP Haiti Volcy Assad de son côté estime que la décision du Président est intervenu trop tard. Pour lui, ces mesures sont insuffisantes.

Il appelle le Chef de l'Etat à prendre des mesures conservatoires à l'encontre des personnalités indéxées pour témoigner de sa bonne foi. Il presse la justice à apposer des scellés sur leurs biens et les d'interdire de quitter le pays avant la marche du 18 Novembre prochain sinon la population se fera justice et le Président perdra le pouvoir. 

La Gazette