Dosier PétroCaribe:- Volcy Assad presse Jovenel Moise de prendre des mesures conservatoires à l'encontre des dilapidateurs des 3.8 milliards de dollars sinon il perdra le pouvoir

Submitted by gazettehaiti on Sat, 10/20/2018 - 18:12
Photo

Port-au-Prince, le Vendredi 19 Octobre 2018
(www.gazettehaiti.com)


Pour le # 1 de ODEP Haiti, Jovenel Moise a raté l'occasion qui lui a été offerte pour préserver son mandat. Selon lui, la seule chance qui lui restait était de prendre acte des évèvements des 6 et 7 Juillet et se lancer dans une véritable cohabitation politique pour faire le Procès PétroCaribe et sauver du coup son quinquénat. Dans un tel  cadre de figure, Jovenel Moise n'aurait pas toutes ces difficultés à juger ses amis vu que le Procès se ferait par la cohabitation au pouvoir, suivant la feuille de route qu'elle se serait donnée, a-t-il expliqué au micro de Louco Désir, 24heures après la grande manifestation populaire du 17 Octobre dernier. Avec un tel Gouvernement controlé par PHTK et dont la plupart des responsables passés ou présents sont épinglés par le rapport du Sénat, aucun procès ne peut avoir lieu, a poursuivi Mr Assad qui avait prôné l'idée d'une cohabitation politique pour sortir de la crise et éviter par la même occasion un éclatement social. 

Le Coordonnateur National de ODEP Haiti regrette que le pays se dirige de plus en plus vers ce qu'il appelle une Justice Populaire. Pour éviter que la population se fasse justice, des mesures conservatoires urgentes doivent être prises dans ce dossier afin d'envoyer des signaux clairs quant à la volonté du pouvoir d'organiser le procès. Et, selon Volcy Assad, les mesures suivantes doivent être annocées: la révocatio du Commissaire du Gouvernement Ocname Clamé Daméus, du Directeur de l'ULCC David Bazile, du Ministre de la Justice Woody Ally et du Chef de Cabinet de Jovenel Moise Wilson Laleau. Une fois de nouveaux responsables nommés, la justice décidera d'apposer des scellés sur les biens de certaines personnes accusées dans le dossier de PétroCaribe et de prendre des mesures d'interdiction de départ contre les personnes incriminées. 

L'ancien candidat au sénat est persuadé que seules des mesures de ce genre peuvent éviter le DECHOUKAJ,  a-t-il déclaré, car la population est fatiguée d'entendre les déclarations de bonne volonté du Président Jovenel Moise qui souffre d'ailleurs d'un déficit énorme de confiance, a-t-il dit. 

Le responsable de ODEP se demande  toutefois, si ce dernier était capable de se mettre à la dimension d'un vrai Chef d'Etat pour éviter qu'Haiti sombre dans la violence dans les prochains jours ou les prochains mois. Malheureusement le temps presse et Jovenel Moise doit prendre ses décisions avant la date fatidique du 18 Novembre prochain,  a conclu le leade de ODEP Haiti. 

La Gazette