PubGazetteHaiti202005

Jean Charles Moïse et les autres leaders de l’opposition s’entendent finalement sur la gouvernance de la transition selon le leader de Pitit Dessalines

Jean Charles Moise, leader PPD

_Les dirigeants politiques de l’opposition dont Jean Charles Moïse, ceux du Secteur dit Démocratique et Populaire et de Ayiti An Aksyon notamment, se sont finalement entendus sur le choix d’un juge de la Cour de Cassation pour présider la transition après le départ du président Jovenel Moïse du pouvoir. L’annonce a été faite, ce lundi, par le leader de Pitit Dessalines, en personne, lors d’une conférence de presse, à Port-au-Prince, au cours de laquelle il a fait état de plusieurs rencontres de travail avec différents partis et regroupements de partis politiques à l’origine de cette entente._

D’aucuns redoutaient que Jean Charles Moïse, selon son habitude, ne s’alignerait pas sur la position des autres secteurs de l’opposition politique dans le cadre de la lutte contre le pouvoir en place. Ce qui pourrait casser l’élan de la mobilisation pour exiger le départ du pouvoir de Jovenel Moïse le 7 février prochain. Plusieurs de ses camarades de l’opposition l’ont souvent évoqué lors d’échanges informels. Ce lundi, contre toute attente, le secrétaire général du parti Pitit Dessalines a annoncé avoir trouvé une entente autour du choix d’un juge de la Cour de Cassation pour présider la transition s’ils parviennent à forcer le président Jovenel Moïse à quitter le pouvoir cette année, à l’issu de plusieurs rencontres avec différents dirigeants politiques de l’opposition, toutes tendances confondues. Hormis le parti Fanmi Lavalas qui s’oppose au choix d’un juge de la Cour de Cassation et reste attaché à sa position en faveur de la mise en place d’un gouvernement de salut public

Jean Charles Moïse qui s'est présenté devant la presse avec l'oeil droit boursoufflé explique avoir fait plusieurs compromis lors de ces rencontres politiques dont la durée de la transition qui est fixée à 2 ans alors que la position initiale de Pitit Desalines sur ce point-là était d’une année. Aussi, l’ex-sénateur du Nord s’est-il mis d’accord avec les autres leaders politiques de l’opposition sur le choix d’un premier ministre pour co-diriger la transition alors qu’il s’y était opposé auparavant. Toujours sur la gouvernance de la transition, l’ancien maire de Milot a concédé un cabinet gouvernemental de 13 membres contre sa position d’avant qui préconisait un gouvernement de 10 portefeuilles. Ils se sont également mis d’accord sur une meilleure concertation concernant la mobilisation anti-gouvernementale afin de mieux planifier les manifestations et que beaucoup plus de leaders emblématiques de l’opposition y soient présents, informe l’ancien concurrent de Jovenel Moïse à la dernière présidentielle. Il s’engage ainsi à participer activement dans la mobilisation déplorant que les manifestations passées n’aient pas porté fruit, faute du consensus nécessaire.

Jean Charles Moïse souligne l’importance de cette alliance entre les acteurs politiques de l’opposition qui vise à favoriser une solution haïtienne à la crise actuelle afin d’éviter l’intervention de la communauté internationale pour imposer une alternative qui ne soit pas en faveur des haïtiens. Par ailleurs, M. Moïse met en garde contre toute intention des acteurs concernés par cette entente de prioriser leurs intérêts particuliers au détriment des intérêts supérieurs de la population.





Par Diego O. Charles

Category

Politique

Culture

Economie

Sport

Post on Mar 06, 2021
À environ douze jours du premier match qualificatif de la sélection haïtienne U-23 pour les Jeux Olympiques de Tokyo, les jeunes grenadiers se préparent depuis plusieurs jours au Centre FIFA Goal d