PubGazetteHaiti202005

Manifestation à Port-au-Prince contre le kidnapping, Jean Charles Moïse, en campagne dans le Plateau Central, n’a d’yeux que pour les élections.

Moïse Jean Charles au plateau central


Alors qu'à Port-au-Prince, les cas de kidnapping sont en nette progression obligeant médecins, infirmier(e)s, étudiants et des membres de la population à gagner les rues, le leader de Pitit Dessalines était à Mirebalais le week-end écoulé pour lancer ( sans le dire ) sa campagne pour les prochaines élections.

Jean Charles Moïse en face d'une foule acquise à sa cause n'y est pas allé par quatre chemins: il veut prendre le pouvoir. Mais avant d'y arriver, il veut en finir avec « la bourgeoisie rapace, la classe politique » dont il fait partie et « remettre la communauté internationale à sa place ».

Photo

Les manifestations qui vont suivre pour l'année 2021 vont s'attaquer à la communauté internationale, au secteur privé, aux banques, aux leaders de l'opposition et à Jovenel Moise qui doit quitter le pouvoir sans en préciser la date.

L’ancien sénateur, accompagné d'une forte délégation dont la plupart sont candidats aux prochaines élections, a déclaré haut et fort qu'il veut « prendre le destin d’Haïti en main » tout en dénonçant « la bourgeoisie et les blancs » d'instrumentaliser certains leaders politiques et des journalistes pour assassiner son caractère. 


Le leader de Pitit Dessalines a ensuite présenté tout un programme de
gouvernement. « Quand nous serons au pouvoir, nous allons baisser les prix des produits de moitié et les ambassades ne pourront plus dicter leurs lois en Haïti », a-t-il promis. Pour lui, les dés sont déjà jettés: Pitit Dessalines prendra le pouvoir. En dépit de tout, Moïse dit n’être pas en campagne, selon ce qu'il a précisé à la fin de la rencontre 

L'ancien candidat à la présidence jouissant encore d'une certaine popularité dans le pays pour son discours en faveur de la masse prend la foule venue l’applaudir sur la place des Gonaïves à témoin: « balon nan pye nou nan kare a, si yo takle nou penalti, si yo pa atake nap bay gòl » ( nous sommes, balle au pied, dans la surface de réparation, si on fait faute sur nous, il y a penalty, sinon nous marquerons le but), a-t-il lancé à ses « fanatiques » en délire, une manière de dire qu’il gagnera coûte que coûte les prochains scrutins.

Celui qui croit dur comme fer qu'on lui avait volé les élections en 2015 annonce les couleurs. Il ne se laissera pas faire. Et pour dissuader tous ceux qui tenteraient de lui voler les élections, Moïse fait appel à ses partisans pour défendre son vote.


A la fin de la rencontre, Jean Charles Moise qui durant son discours n'a pas vraiment parlé de la fin du mandat de Jovenel Moise a été contraint par un des jeunes présents de répondre à cette question: Kilè Manda Jovenel ap fini ? (Quand prendra fin le mandat de Jovenel Moïse). Et lui de répondre : 7 février 2021.

Le leader de Pitit Dessalines pendant son meeting n'a pas dénoncé la recrudescence des cas de kidnapping qui s’abat sur le pays ces dernières semaines. 

 

Par Jose Emmanuel

Category

Politique

Culture

Post on Dec 01, 2020
Le quotidien Le Nouvelliste et l'Institut de Recherche et de Promotion de l'Art Haïtien (IRPAH) de concert avec leurs partenaires ont lancé ce mardi 1er décembre 2020, la 14ème édition

Economie

Sport