PubGazetteHaiti202005

Non-lieu dans l’affaire d’accusation d’abus sexuels de Yves « Dadou » Jean-Bart: la France salue la décision des autorités judiciaires haïtiennes de faire appel .

Jean Yves Jean-Bart (Dadou)

Après les États-Unis d’Amérique, c’est le tour de la France à travers son ambassade en Haïti de se mêler du dossier d’accusation d’abus sexuels sur des joueuses mineures de la sélection haïtienne par Yves Jean-Bart.

Dans un communiqué publié ce jeudi 26 novembre 2020, « l’Ambassade de France[ en Haïti, NDRL] salue la décision, annoncée par voie de presse, des autorités judiciaires haïtiennes de faire appel de la décision de non-lieu dans l’affaire des abus sexuels sur mineures dans le milieu du football haïtien ». 
La représentation diplomatique française dit « accueillir avec satisfaction une décision qui ouvre la voie à un procès en appel impartial et indépendant. Dans cette perspective, il est nécessaire de veiller à la sécurité des témoins et des victimes présumées et à les protéger de toute menace ou tentative d’intimidation ». 

Dans cette note, « l’Ambassade de France relève que la Chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante de la FIFA a condamné, dans le cadre d’une vaste enquête menée pour des faits « d’abus sexuels systématiques envers des joueuses entre 2014 et 2020 », M. Jean-Bart à une « interdiction à vie de toute activité liée au football » et au paiement d’une amende de un million de francs suisse ».

Pour finir, la France croit que « de manière générale les violences sexuelles constituent une atteinte insupportable à la dignité humaine et doivent être fermement combattues ».

Il faut rappeler que le président de la fédération haïtienne de football, Yves Jean-Bart, accusé d’abus sexuels sur des mineures, a été blanchi par le tribunal de la Croix-des-Bouquets. Dans son ordonnance de clôture, le magistrat instructeur Emilio Accimé avait estimé qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre M. Jean-Bart, renvoyant l’intéressé hors des liens de l’inculpation. 

Cette décision de non-lieu survenue juste avant la condamnation du président de la FHF par la FIFA a été très mal vue par l’ambassade américaine en Haïti. 
« La #FIFA a déclaré Yves Jean-Bart coupable de harcèlement sexuel et d’abus sur des joueuses, y compris des mineures. Nous regrettons que l’enquête du gouvernement haïtien n’ait pas abouti à des accusations », avait écrit la mission diplomatique des États-Unis sur son compte Twitter officiel. 
Ce non-lieu a été également très critiqué et jugé scandaleux par de nombreux secteurs de la vie nationale, notamment des organisations féministes haïtiennes.

 

 

Par Gazette Haïti

Category

Politique

Culture

Post on Dec 01, 2020
Le quotidien Le Nouvelliste et l'Institut de Recherche et de Promotion de l'Art Haïtien (IRPAH) de concert avec leurs partenaires ont lancé ce mardi 1er décembre 2020, la 14ème édition

Economie

Sport