Haiti/Police:- Levée de bouclier contre la tentative du pouvoir de faire mains basses sur la PNH/Selon des Sénateurs dont des proches du PHTK l’arrêté de Jovenel Moïse contre le DG de la police est illégale/ Guyler C Delvas n’y voient aucun inconvénient

Submitted by gazettehaiti on Tue, 05/29/2018 - 16:00
Photo 1

Port-au-Prince, le 29 Mai 2018
(www.gazettehaiti.com) 

Moins de 24 heures après la sortie de l’arrêté présidentiel les réactions de protestations fusent de toutes parts. A l’émission HAITI Débat de ce 29 Mai,  le débat était très animé après l’intervention critique de Garry Pierre Paul Charles. 
Défenseurs de droits de l’homme, homme de lois et simples citoyens y voient des velléités de mettre la police nationale sous coupe réglée. Photo1

Photo2Au sénat de la République, cette décision provoque un onde de choc. Le Sénateur Rony Celestin rejette d’un revers de main cet arrêté et appelle le pouvoir à faire son retrait. 

Le Sénateur du PHTK rappelle au Président Jovenel Moïse que le Directeur de la PNH ne relève pas de lui. 

De son côté, le Président de la commission Justice au Sénat crie au scandale. On ne saurait remettre la sécurité des vies et biens des citoyens entre les mains des politiciens. Jean Renel Senatus appelle la population au calme car la décision du gouvernement n’a aucune chance d’être appliquée. Il informe que le CSPN sera convoqué ce vendredi pour répondre de cet acte. 

Un arrêté ne saurait remplacer la loi régissant le fonctionnement de la police nationale a déclaré de son côté le Sénateur Youry Latortue. Cette disposition viole l’article 13 de la loi sur la Police Nationale a-t-il fait savoir invitant le pouvoir à se ressaisir. 

Le Député Abel Descollines s’insurge lui aussi contre cet arrêté. Selon lui par cette décision le pouvoir tente de transformer la police en milice politique. 

En réaction, le Ministre de la Communication Guyler C. Delva   dans ses œuvres n’y voient pas matière à scandale. Le pouvoir adopte cette décision afin de s’assurer que les mesures au sein de la Police soient prises selon les règles de l’art. Il dément que cet arrêté ait été pris en raison des différends opposant le Chef de l’Etat et le DG de la Police. 

La Gazette