HAITI/Tension:- Vive tension à Miragoâne/ Quatre policiers et un Journaliste blessés par balle

Submitted by gazettehaiti on Sat, 03/10/2018 - 21:32
Photo 1

Port-au-Prince, le Samedi 10 Mars 2018 www.gazettehaiti.com

La tention était montée d’un cran ce samedi 10 Février à Miragoâne à l’occasion des funérailles du jeune Robenson François. Ce dernier, proche du Sénateur de Fanmi Lavalas Nenel Cassy aurait été assassiné par des partisans du PHTK il y a quelques semaines.

En effet, une altercation s'est produite entre les proches du défunt et les agents de la PNH quand ces derniers sont intervenus pour empêcher q’une manifestation anti-gouvernementale soit organisée avec le cadavre en prenant la direction du centre ville. Bilan: 3 policiers de l’UDMO et un Journaliste de Radio Télé Timoun en sont sortis blessés par balle par des individus non-encore identifiés.

Il convient de faire remarquer qu'avant la fusillade la foule était visiblement en colère en exprimant son ras-le-bol au pouvoir.

Jets de pierre, de tesson de bouteilles et évidemment tirs d’armes à feu: voilà donc le décor qui était planté à Miragoâne, particulièrement dans la zone de "Gwo Twou".

Malgré des victimes dans leur rang, les autres policiers du contingent de sécurité n’ont pas réagi, donc aucune victime au niveau de la population civile.

Les policiers blessés dont un grièvement et le Journaliste Bastien Donassaint ont été transportés d’urgence à l’hôpital de St Thérèse. Par la suite, ils ont été transférés à Port-au-Prince vue la situation précaire dans ce centre hospitalier. Le journaliste qui accompagnait la délégation des dirigeants de l’opposition aux funérailles à Miragoâne en est sorti blessé au moment où il tentait de s’abriter derrière les policiers au moment des tirs.

Par ailleurs, la police locale pointe du doigt des partisans du défunt d’être les principaux acteurs de cette attaque armée contre les policiers.

Depuis l’attaque armée contre la résidence de Jean Phillipe Amatas ayant fait un mort et des blessés dont une fillette, le torchon brûle entre partisans du PHTK et partisans Lavalas dans cette zone. Le Sénateur Nenel Cassis qui intervenait sur les ondes de plusieurs stations de la capitale avait enjoint les autorités à prendre des mesures pour procéder à l’arrestation des individus qui ont tiré sur ses partisans afin d’éviter une guerre civile dans la ville de Boyer Bazelais.

La Gazette