Ferme Latortue

L'OPC exhorte l'État à assumer ses responsabilités face à la recrudescence des actes de banditisme

OPC

 

Face à l'insécurité et les actes de banditisme caractérisés par le kidnapping dans le pays, l'Office de la Protection du Citoyen (OPC) a exprimé ses plus vives préoccupations par rapport à la recrudescence de ses actes criminels qui prévalent dans le pays, plus particulièrement des cas d'enlèvements suivis de séquestration contre rançon, dans une note de presse publiée ce mercredi 12 février 2020.

Dans cette note, l'OPC, institution nationale de promotion et de protection des droits humains a fait savoir que le climat d'insécurité qui s'installe dans le pays ne s'agit pas de rumeurs ni de fausses alertes, mais bien d'une réalité à prendre au sérieux dont la conséquence est la prolifération des gangs armés qui opèrent sans crainte dans les quartiers défavorisés.

«le phénomène du kidnapping est à la hausse et devient de plus en plus inquiétant. Il se manifeste sous diverses formes et touche toutes les catégories de personnes », a écrit l'OPC dans cette note soulignant que les autorités policières et judiciaires ne sont pas en mesure d'avancer des chiffres sur le nombre de victimes documentées, ni d'évoquer le nombre d'enquêtes ouvertes sur la question.

L'institution nationale de promotion et de protection des droits humains a également mentionné le cas de l'assassinat crapuleux du jeune Jean Rubens Eugène retrouvé mort le mardi 11 février 2020, à la 4e avenue Bolosse, au Sud de Port-au-Prince, alors qu'il s'était rendu sur ces lieux pour apporter une rançon à des ravisseurs en échange de libération de 5 personnes kidnappées.

De telles pratiques ont des conséquences désastreuses non seulement sur la santé des victimes et de leurs proches mais également sur la situation économique de nombreuses familles. Ce phénomène a atteint le seuil de l'inacceptable et demande des mesures urgentes et efficaces, a poursuivi l'OPC avant d'annoncer qu'elle entend le cri de détresse de concitoyens et concitoyennes, des jeunes, pour la plupart des professionnels qui menacent d'abandonner le pays.

«Si par le passé, les gens fuyaient le pays pour des raisons économiques et politiques, actuellement le phénomène du banditisme couplé avec les actes de kidnapping a provoqué le déplacement de beaucoup de compatriotes vers l'extérieur», a évoqué l'OPC dans cette note portant la signature du protecteur du citoyen Renand Hédouville.

«l'OPC croit qu'il est urgent que les forces de sécurité du pays se mobilisent en vue de définir des stratégies efficaces pour apporter des réponses immédiates et endiguer ce fléau qui continue de semer le deuil et la désolation dans la société», a exhorté l'organisation de défense des droits humains rappelant que la sécurité des vies et des biens des citoyens et des citoyennes relève de la responsabilité de l'État au regard de la Constitution haïtienne et des instruments internationaux de protection des droits de l'Homme.

L'Office de la Protection du Citoyen ayant par ailleurs réitéré son appel à la solidarité et à une prise de conscience collective pour sortir le pays dans cette crise recommande aux membres de la société civile, soucieux de la paix, de la tranquillité, de la sécurité en général de coopérer avec l'institution policière dans sa lutte contre la criminalité.

 

 

Kervens Adam PAUL

Category

Politique

Culture

Economie

Sport