ONA - Ferme Latortue - Advertising

 

Le Secteur démocratique et populaire se solidarise avec les policiers syndiqués

Marjory Michel


Le Secteur démocratique et Populaire dit apporter son support aux policiers et policières dans leur quête d’obtenir le respect de leur droit. Il invite parallèlement la population à participer à la marche annoncée le 17 Février 2020

La création du Syndicat de la PNH alimente les débats et met dos à dos des agents de police syndiqués au haut état major de la PNH.

Ce dossier ne laisse pas indifférent le Secteur démocratique et populaire qui s'est positionné sur la situation de crise institutionnelle au sein de la PNH.

Le secteur démocratique dit s’étonner  de la note de presse du directeur général ai. de la PNH Normil RAMEAU, qui a clairement fait comprendre que la loi ne reconnaît pas le droit d’association syndicale aux policiers et policières.

“On ne demande pas l’autorisation d’exercer un droit acquis, on se le réapproprie et on l’exerce”, balance le Secteur démocratique et populaire. Il en profite pour condamner cette note irréfléchie rendue publique par le D.G Normil Rameau. 

Tout en rappelant que la PNH est une institution républicaine créée à la suite de longs combats démocratiques, le Secteur démocratique juge donc inconcevable que M. Normeau D. G a.i n’ayant aucune légitimité constitutionnelle, la détruise pour consolider le pouvoir d’un dictateur en gestation. 

Le Secteur démocratique saisit l’occasion pour exhorter le patron de la PNH « à se ressaisir, ce dans le plus bref délai »

Plus loin, le Secteur Démocratique et Populaire porte à l’attention du directeur général que la Constitution haïtienne en vigeur garantit ,en son article 35.3, la liberté syndicale sans restriction. 

Ainsi, aucune loi, aucun règlement intérieur ne peut en disposer autrement ou prévaloir en cette matière, soutient le secteur démocratique.

Le Secteur démocratique et populaire croit dur comme fer que les policiers et policières désireux de se syndiquer sont dans leurs droits. “Ils peuvent se  syndiquer. De plus, ils ont eu le soin de ne pas inscrire dans leur démarche le droit à la grève générale afin d’éviter de porter atteinte à la sécurité nationale”, enchaîne la structure politique de l’opposition appelant la population à manifester aux côtés des policiers au cours de la marche annoncée du 17 Février 2020.


Michelson Césaire

Category

Politique

Culture

Economie

Sport