ONA - Ferme Latortue - Advertising

 

Haïti/Insécurité: Des voix s'élèvent dans la société contre la recrudescence des cas de kidnapping et de morts violentes.

Pierre Esperance


Des voix s'élèvent face la détérioration du climat d'insécurité qui s'abbat sur le pays. La Fédération protestante d'Haïti et le Réseau national de défense des droits humains s'insurgent contre l’insécurité en appelant les autorités à assumer leurs responsabilité face à ce fléau.

L’année 2020 commence très mal en termes d’insécurité. 32 cas de morts violentes ont été recensés dont 4 agents de police et plusieurs enfants y figurent; le RNDDH avance ces chiffres en alertant le chef du Conseil supérieur de la police national (CSPN) dans une lettre ouverte le week-end écoulé.

Tout au cour de l’année 2019, la situation du pays a été très préoccupante avec 478 cas de morts violentes recensés, poursuit l’organisme de droits humains.

“Le fait que vous soyez à la tête d’un gouvernement démissionnaire ne vous absout nullement de vos devoirs de sécurisation du territoire national et de gestion des centres de détention du pays, dans le respect des règlements internes des établissements pénitentiaires”, a écrit le RNDDH à Jean Michel Lapin.

En ce sens, le RNDDH recommande au Premier ministre de renforcer la cellule Contre enlèvement de la DCPJ et d’exiger des résultats immédiats et probants quant aux cas enregistrés, d’exiger de son administration de fournir aux agents de la PNH les moyens adéquats de fonctionnement. 

Le RNDDH invite M. Lapin d’exiger des corps affectés à cet effet, la protection et le contrôle efficaces des ports, aéroports et frontières en vue de freiner la contrebande et l’entrée des armes et munitions sur le territoire national et de fournir des moyens suffisants à la DAP en vue de nourrir régulièrement les détenu(e)s

Le Réseau national de défense des Droits humains se dit par ailleurs préoccupé par les différents problèmes de sécurité enregistrés dans le pays au cours de ces derniers mois où des femmes et des hommes d’affaires, des écoliers, des professionnels, des pasteurs et prêtres, ainsi que d’autres membres de la société sont enlevés chaque jour.

“Si certains ont été libérés après le versement par leurs proches, de fortes sommes d’argent exigées, d'autres ont quand même été assassinés. Ce qui inquiète la population c'est la facilité avec laquelle les bandits armés opèrent, sans même se préoccuper de cacher leurs armes à feu, prouvant que le contrôle du territoire échappe aux autorités étatiques”, enchaîne plus loin le RNDDH.

De son côté, la Fédération protestante d’Haïti s’alarme face à la détérioration du climat sécuritaire dans le pays. 

La FEPH dit s'attendre à ce que des plans soient conçus pour éradiquer de manière durable ce climat d'insécurité qui cause tant de souffrances aux familles haïtiennes et ralentit la croissance économique du pays.

“Plusieurs de nos compatriotes vivent au quotidien sous les menaces constantes de bandits armés qui agissent en toute liberté. Cette situation de danger publique entrave le fonctionnement normal de plusieurs de nos institutions : églises et écoles protestantes”, crie la FEPH, qui, à l'instar du RNDDH, s'indigne contre la recrudescence des cas de kidnapping et de criminalité enregistrés à longueur de journée semant la panique et le deuil au sein de la population. 

 

Michelson Césaire

Category

Politique

Culture

Economie

Sport