Ferme Latortue

La situation actuelle dans les prisons en Haïti est une violation des droits humains selon l'OPC

Photo


Dans une note de presse publiée le 5 février 2020, dont une copie a été parvenue à notre rédaction, l'Office de la Protection du Citoyen (OPC) a alerté les autorités compétentes sur le non-respect des garanties judiciaires à la situation sécuritaire et à l'alimentation des détenus, et a exprimé sa profonde préoccupation en ce qui concerne la détérioration des conditions générales de détentions dans plusieurs prisons du pays.

«La situation des prisons est devenue plus complexe suite à la crise sociopolitique que le pays a connue durant toute l'année 2019. Cette crise a de graves conséquences non seulement sur le statut juridique des personnes incarcérées mais également sur l'état de santé des détenus qui vivaient déjà dans la précarité» peut-on lire dans cette note de l'OPC qui a pris le soin de noter, que plusieurs prisons font l'objet de beaucoup de critiques et ne sont pas conformes aux règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus.

Mentionnant les diverses tentatives d'évasion enregistrées par l'administration pénitentiaire, l'OPC, également appelée Institution Nationale de promotion et de protection des Droits Humains (INDH), a informé qu'il y a lieu de s'inquiéter et de se poser des questions sur la provenance des armes et des mécanismes de surveillance et de contrôle au sein des prisons avant de souligner qu'une enquête approfondie s'avère nécessaire.

« Certains détenus transférés à la prison civile de la Croix-des-Bouquets, après la tentative d'évasion du 28 janvier, font face à de sérieuses difficultés en violation des principes élementaires établis en la matière selon une enquête menée par les agents de l'OPC dans ce centre carcéral. Dans le même registre, au pénitencier National, les visites sont presqu'interdites et la pénurie de nourriture risque de provoquer une grave crise. L'accès aux toilettes et aux salles de bains serait interdit aux détenus » a rapporté l'OPC dans cette note portant la signature du protecteur du citoyen et de la citoyenne, Renand Hédouville.

La situation est identique dans d'autres prisons, particulièrement les prisons Civiles de Jacmel, de la Croix-des-Bouquets, de Jérémie et de Hinche où les détenus se plaignent de leurs mauvaises conditions de détention. Ces prisons font également face à un manque de stock de nourriture et de produits sanitaires.

L'OPC a parallèlement réitéré son cri d'alarme concernant l'état lamentable des détenus logés dans deux cellules inappropriées à Petit-Goâve, pourtant une nouvelle prison construite est en attente d'être opérationnelle.

«Au regard des instruments internationaux ratifiés par Haïti, notamment le Pacte International relatif aux Droits économiques. Sociaux et Culturels, l'État est dans l'obligation de garantir à toute personne le droit à une alimentation suffisante et saine leur permettant de satisfaire leurs besoins nutritionnels et de mener une vie active. Il s'agit d'un droit universel, inaliénable, imprescriptible et qui donne essence même à la dignité humaine » a rappellé l'OPC dans cette note.

Plus loin, l'OPC exhorte tous les acteurs de la chaîne pénale, en passant par les autorités judiciaires, à travers le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) et le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP) à redoubler d'efforts et à définir des stratégies communes et efficaces afin d'apporter des réponses immédiates au problème de nourriture dans les prisons et au phénomène de la détention arbitraire et illégale et dit espérer par la même occasion, que des réformes administratives soient adoptées en vue d'accorder beaucoup plus de facilité à la direction de l'Administration Pénitentiaire (DAP) afin qu'elle puisse jouer pleinement son rôle.

 


Kervens Adam PAUL

Category

Politique

Culture

Economie

Sport