Ferme Latortue

Concours de beauté.- Sacre des femmes noires: la diversité est à la mode.

Photo

 

Les normes de beauté ont changé au fil des années grâce à l'émergence des réseaux sociaux. En 2007, pendant que Facebook était en pleine croissance, Flaviana Matata, Miss Tanzania a défié les stéréotypes de beauté en representant son pays à la 56ème édition de Miss Univers au Mexique avec le crâne rasé. Au grand étonnement de plus d'un, elle a été classée au Top 10. Une grande première dans l'histoire de l'industrie. Même si la petite histoire dit que l'ex petite amie de Russell Simmons était la plus intelligente des candidates et n'a pas pu gagner à cause de son look

Donald Trump - propriétaire de Miss Universe, Miss USA, Miss Teen USA entre 1996 et 2014 -  avait un idéal, des standards et critères de beauté bien définis à l'occidental. Mais, malgré tout il est quand même le premier et le seul jusqu'à date a donné la chance aux femmes noires de faire un "Back To Back" en 1999 dans un concours du Grand Slam quand Mpule Kwelagobe, Miss Botswana a été élue Miss Univers en succédant à Wendy Fritzwilliam, Miss Trinidad et Tobago et Miss Univers 1998.

Mais, 2007 reste et démeure l'année décisive qui a été marquée par des changements considérables, plus précisément avec la création des pages et des blogs entièrement dédiés aux concours de beauté. Beaucoup de missiologues de différents pays ont forgé une notoriété virtuelle à partir de cette année comme George Rula, Will Narwaez, Héctor Joaquín etc... Ce qui a consolidé la popularité de ces concours de beauté à travers le monde. Rares étaient les personnes qui avaient accès au déroulement de ces compétitions. 

De nos jours, beaucoup plus de femmes prennent conscience et luttent contre les conséquences « laides » des normes de beauté rigides et l'exclusion. Elles s'acceptent telles qu'elles sont et s'assument sans complexe. Ce qui a indiscutablement influencé les concours de beauté durant ces douze (12) dernières années. On ne peut pas nier la bravoure, le courage et la confiance en soi de certaines candidates noires qui ont osé pour la diversité bien avant Zozibini Tunzi, l'actuelle Miss Univers comme Kaci Fennell, Miss Jamaïque et Top 5 Miss Univers 2014, première postulante classée au Top 5 de ce concours avec les cheveux courts en 2014. Caroline Désert, Miss Haïti 2014, première candidate a avoir participé au concours de Miss World avec le crâne rasé. Sanneta Myrie, Miss Jamaïque et Top 5 de Miss World 2015, première femme portant des dreadlocks à un concours majeur. Davina Bennett, Miss Jamaïque, première dauphine de Miss Univers 2017 avec ses cheveux crépus type 4C. 

Depuis que les agences WME/IMG ont acheté les organisations de Miss Universe, Miss USA et Miss Teen USA, Paula Shugart, Directrice de ces trois (3) concours depuis tantôt vingt (20) ans ne cesse de nous épater avec les nombreux changements apportés notamment dans la charte du concours, les choix des finalistes et l'éradication du clan des grosses pointures de l'Amérique Latine, ce qui signifie que toutes les candidates ont la même chance de gagner. Un nouveau concept qui a favorisé notre Raquel Pelissier en 2016. Avant, il était impossible d'avoir plus de deux (2) candidates noires dans un Top 15 de Miss Univers. Le classement des femmes noires à ce concours était limité. La competition de maillot de bain "bikini" comptait pour 40-45%, celle de la robe de soirée 40-45% et la question finale 10-20%. Aujourd'hui, la nouvelle équipe s'accentue sur l'intelligence et le parcours des candidates. Mme Shuggart a complètement éliminé la politique de son ancien patron. 

L'élection de Toni-Ann Singh (Miss Jamaïque) comme la Miss World 2019 est une stratégie de marketing. Julia Morley, la directrice de ce dit concours n'est pas née de la dernière pluie, voilà pourquoi elle était l'un des membres du jury. Celle qui s'est fait remarquer par sa préférence pour les candidates indiennes n'avait pas d'autres choix que de faire gagner une candidate noire. N'oublions pas non plus que Jamaïque est l'un des pays les plus chanceux du cercle fermé des Morley avec en total quatre (4) Miss World élues - Carole Crawford en 1963, Cindy Breakspeare en 1975 (ex petite amie de Bob Marley et mère de son fils Damian), Lisa Hanna en 1993 (ex ministre de la jeunesse et de la culture jamaïcaine entre 2012 et 2016) - . La popularité de Zozibini Tunzi menaçait les ratings et les sponsors de Miss World 2020. "Diversity is trendy" - la diversité est à la mode -, alors la veuve d'Éric Morley ne pouvait laisser passer cette occasion qui lui coûterait de gros contrats très juteux. Les organisateurs de Miss World n'ont jamais été "pro-black". En 68 ans, seulement deux noires ont eu la chance d'être couronnées Miss World. Lisa Hanna Miss Jamaïque en 1993 - première femme noire qui a gagné ce concours - et Agbani Darego Miss Nigeria en 2001.

Attention ! Les médias du monde entier prônent que 5 femmes noires detiennent les couronnes des plus grands concours de beauté. C'est archi-faux. Miss America, Miss Teen USA et Miss USA ne font pas partie du Grand Slam - le groupe des cinq (5) plus grands concours du monde : Miss World, Miss Universe, Miss International, Miss Grand International et Miss Supranational - puisqu'ils ne sont pas des concours internationaux. 


Par Oksana VIG

Category

Politique

Culture

Economie

Sport