Affaire Dimitri Vorbe/ Gessica Généus:- Quand Dimitri Vorbe exige la gratitude.

Submitted by gazettehaiti on Sun, 09/08/2019 - 12:44
Photo

Port-au-Prince, le 8 Septembre 2019
(www.gazettehaiti.com)

 

On assiste sur Twitter depuis plus de 24h à un combat des plus féroces, un spectacle des plus inattendus offert par le patron de Sogener Dimitri Vorbe et l’actrice Gessica Geneus. Étonnant vu qu’on les croyait plutôt proches, au point que cette dernière et d’autres PetroChallengers ont été accusés par certains d’être à la solde de l’homme d’affaires afin de déstabiliser le pouvoir en place.

Essayons de retracer le fil de cet affrontement qui défraie la chronique sur les réseaux sociaux. 
Tout d’abord, les hostilités ont été lancées en premier par l’actrice, suite à un tweet très virulent contre Dimitri Vorbe « Boujwa pa janm ni zanmi, ni patnè malere. Anvan nou ouvè bouch nou se entèl ap travay Ak Dimitri ceci cela... jou Sa ta rive poum tounen tchoul ankenn boujwa vòlè nan peyi sa, se pou Dessaline tou vinn pranm on fwa. Kontinye pale moun mal pandan nap goumen pou galon gaz. Amen ».

Et la riposte de l’entrepreneur ne s’est fait pas attendre « Nana ou cho! L ap kite radotèz! Boujwa a te zanmiw lèw te bezwenl, jodi a boujwa pa zanmi pèp.. wawww Desali n ap vi n pranl. Li ka bliye! Nan lavi fòk ou klè, ou pa ka 2 bò! San filtè mèd! ». Il s’en est suivi des échanges des plus brutaux entre les deux protagonistes. 

Comme c’est toujours le cas sur les réseaux sociaux dans ces genres de polémiques, les internautes s’en mêlent. Pendant que certains s’en amusent, d’autres prennent parti en fonction de leurs affinités, leurs intérêts, leur appréciation, etc. soit pour l’un ou pour l’autre. 
Cependant dans ce cas précis, il est important de faire preuve d’un peu d’objectivité tout en appelant les deux parties à la retenue et au respect de la dignité de chacun en dépit des divergences.

Parlons peu, mais parlons bien 

La gratitude est une vertu

Admettons que l’aide a été faite sur une base amicale, la sagesse recommanderait à Gessica Geneus d’éviter de blesser publiquement cette même main qui lui a été tendue à un moment bien déterminé de sa vie. Même si un soutien financier ne signifie pas la perte de sa dignité ou soumission totale mais il y a une façon de manifester son désaccord qui ne doit aucunement s’apparenter à de l’ingratitude « Si je vous nourrissais tous les jours en tant qu’ami dans le besoin, et que vous me traitez publiquement de voleur, rien ne m’empêche de vous rappeler de manière proportionnelle que cet argent volé vous a fait du bien ». Deux anciens chefs d'états haitiens ont théorisé sur ce concept reconnaissance : le Dictateur François Duvalier et Jean Bertrand Aristide. Si pour Duvalier la reconnaissance est une lâcheté, pour l'ex Prête de St Jean Bosco la reconnaissance est la mémoire du coeur.

Le sponsoring a ses principes

L’autre cas de figure, le sponsoring. Beaucoup disent que sponsoriser un artiste ou autre ne lui enlève pas son droit à la critique. D’accord. On peut en faire un débat. Cependant, il ne faut pas confondre dénigrement, injures et critiques. Aucun sponsor au monde n’accepterait d’être traité de la sorte ( bourgeois spoliateur) après avoir investi son argent ou financé le projet de cette même personne.
D’abord, un artiste est supposé adhérer aux valeurs que charrie un sponsor. Accepter le financement d’une entité ou institution, c’est accepter sa politique, sa ligne et être en accord avec ses actions, bref la représenter en lui donnant de la visibilité. C’est juste une question de cohérence et de bon sens. Se faire financer par Sogener qui selon ses détracteurs s’enrichirait sur le dos de l’Etat « en vendant du Black-out », c’est aussi participer au pillage de nos maigres ressources si toutefois les assertions contre cette compagnie sont fondées. Pour comprendre un peu le concept de sponsoring, lisons le Professeur Agrégé de Marketing Bertrand Bathelot

« Le sponsoring désigne un soutien financier ou matériel apporté à un événement ou un individu par un partenaire annonceur en échange de différentes formes de visibilité de nature publicitaire liées à l’événement ou l’individu. Outre les différentes formes de visibilité à vocations publicitaires, le contrat de sponsoring peut prévoir la participation de l’individu sponsorisé à différents événements de l’entreprise (congrès, séminaires, inauguration point de vente, lancement produit,…). L’annonceur sponsor recherche la visibilité offerte sur l’événement, mais également des transferts d’image positifs en fonction du type d’événement et des valeurs qui lui sont associées ». 

Nous pensons que ce point était nécessaire à faire car en Haïti la culture de la partisanerie et du clan enlève tout sens de jugement même à des personnes qu’on croyait les plus averties. Il aurait été mieux de dire à Gessica Geneus qu’elle devait faire preuve de plus de mesure et qu’elle allait trop fort dans ses propos. On peut toujours critiquer, prendre ses distances avec une personne sans toutefois toucher à son honneur et à sa dignité, surtout celle d’un bienfaiteur. Nous n’allons pas jusqu’à demander aux partisans de la PetroChallenger de lui conseiller de présenter des excuses à son « ancien ami ou sponsor » pour ses propos jugés déplacés, ce n’est pas dans notre ADN ou notre culture mais l’encourager sur ce terrain là par fanatisme et esprit de haine contre l’autre pour des raisons politiques ou de classe n’est pas dans son intérêt.

Dimitri Vorbe, de son côté, aurait pu lui même choisir de ne pas répondre ( on ne peut lui enlever le droit de réagir non plus), question d’éviter ce déballage malsain et maladroit. D’ailleurs, il a commis l’erreur dans l’un de ses tweets d’avouer avoir financé la sortie de l'album de Gessica qu'il qualifie de « Pa Konn chante ». Cela pose un sérieux problème dans un pays où de nombreux jeunes talentueux n'arrivent pas à trouver un financement pour réaliser leur rêve. Pourquoi Dimitri Vorbe a -t-il pu sponsoriser un projet auquel il ne croit même pas ? Au regard de ce spectacle malheureux, le système de sponsorisation mérite d’être revu. 
Ce qui est sûr, c’est ce que ce clash aura des conséquences graves sur nos rapports déjà problématiques, en tant que citoyens d’une même nation. Ce qui fait que beaucoup de jeunes avec de belles idées et des projets d’avenir réfléchiront dix fois maintenant avant de frapper aux portes du secteur privé par crainte de connaître le même sort et vice versa. 

Résultat : un pays avec un tissu social encore plus déchiré où la majorité, les pauvres crèvent dans leur coin et la classe moyenne se perd dans ses rapports ambivalents avec une frange de la bourgeoisie qui profite d’un État failli pour ériger ses propres règles. 

Tout compte fait, ce n’est pas au secteur des affaires dont la devise reste le maximum de profit possible qu’il faut s’en prendre, plutôt à l’Etat qui doit prendre des mesures notamment fiscales dans l’intérêt de la majorité.

Alors qu'on s'attarde sur les réseaux sociaux à polémiquer sur une distraction de plus, entre temps on oublie la misère abjecte, l'insécurité, le taux du dollar, la difficile rentrée des classes, bref le désespoir qui caractérise le quotidien la majorité de la population oubliée par les tenants du pouvoir.

Par Albert-Edner Georges