Amazonie: LE POUMON DE LA PLANÈTE BRÛLE AUX YEUX DE TOUS

Submitted by gazettehaiti on Sat, 08/24/2019 - 12:53
Photo

Port-Au-Prince, Le Samedi 24 AOUT 2019
(www.gazettehaiti.com)

 

De nombreux incendies se déclarent en Amazonie. L'augmentation alarmante des incendies en Amazonie brésilienne est due en grande partie à la déforestation et non à la saison sèche, comme le dit le gouvernement de Jair Bolsonaro. La dévastation de la jungle est le moteur qui propage à une vitesse record ces incendies qui, en réalité, ont pour la plupart été initiés par des agriculteurs, qui cherchent à nettoyer la zone à cultiver.

Les incendies en Amazonie se sont poursuivis ce vendredi, provoquant de la fumée dans les pays voisins comme la Bolivie, le Péru, le Paraguay et même l'Argentine. À cela, il faut ajouter le feu qui affecte la Bolivie, où les flammes ont balayé 744 000 hectares de forêts, de prairies et de cultures.

Selon les images de la NASA, prises par le satellite Suomi, la fumée des incendies dans le bassin de l'Amazone a créé une couche clairement visible dans la majeure partie du centre de l'Amérique du Sud. Et, elle affecte déjà les vols, les navires et les hôpitaux.

Les États touchés sont le nord du Roraima, Acre, Rondonia et Amazonas.

Jusqu'à vendredi soir, plus de 2 500 ampoules à feu étaient en activité dans la région, dégageant de grandes quantités de fumée et de monoxyde de carbone, un gaz émis lors de la combustion du bois. La fumée a même traversé l'Atlantique.

Le bassin amazonien, qui abrite environ trois millions d'espèces de plantes et d'animaux et un million d'indigènes, est essentiel pour réguler le réchauffement planétaire, car ses forêts absorbent des millions de tonnes d'émissions de carbone chaque année. Mais, lorsque les arbres sont coupés ou brûlés, le carbone qu'ils stockent est libéré dans l'atmosphère et la capacité de la jungle à absorber les émissions de carbone est réduite.

À l’intérieur et à l’extérieur du Brésil, la situation en Amazonie a suscité une vive alerte, notamment parmi les dirigeants irlandais, allemands, canadiens et français, qui ont accepté de débattre au sein du G-7 de la "situation urgente" des incendies qui avancent dans des régions dévastatrices du prétendu poumon vert du monde.

Avec l'augmentation de la pression internationale, Jair Bolsonaro, le chef d'État brésilien qui avait commencé la semaine en affirmant que les ONG étaient responsables des incendies, a convoqué ses ministres jeudi soir à une réunion d'urgence. Il leur a ordonné d'agir. Et maintenant, il envisage de mobiliser l'armée. 

La France a accusé Bolsonaro de mentir sur son engagement en faveur du climat, une condition que Paris a posée pour donner le feu vert à l'accord Mercosur-UE. « Tenant compte de l'attitude du Brésil ces dernières semaines, le Président de République ne peut que constater que le président Jair Bolsonaro lui avait menti au sommet du G20 d'Osaka », a déclaré la présidence française, qui estime que «  le Président Bolsonaro a décidé de ne pas respecter ses engagements climatiques ni de s’engager sur la biodiversité . Dans ces conditions, la France s'oppose à l'accord du Mercosur avec l'UE dans l'état actuel" a confié l'Elysée.

"Bolsonaro doit partir ", ont crié des centaines de personnes rassemblées devant les ambassades du Brésil dans le monde entier ce vendredi, devant la dévastation de l’Amazonie.

 

Par Oksana VIG