Haiti/ Exécution sommaire:- Le jeune Jacky Miracle, 20 ans éxécuté par une patrouille policiere/ Le RNDDH dénonce et saisit l'Inspection Générale de la Police

Submitted by gazettehaiti on Thu, 04/11/2019 - 18:26
Photo

Port-au-Prince, Jeudi 11 Avril 2019
(www.gazettehaiti.com)


Le réseau national de défense des droits humains qualifie d’exécution sommaire, par des agents de la PNH, le décès de Jacky Miracle, 20 ans, survenu le samedi 06 avril dernier à l’angle des rues Miracles et Montalais au moment où des individus circulant à moto tentaient de braquer un minibus. 

 

Il était entre 1h 30 et 2h de l’après-midi, ce samedi-là, quand des individus armés à bord plusieurs motocyclettes ont attaqué un minibus assurant le circuit Clercine/Portail Léogâne. 
Les malfrats en question, ont intimé l’ordre au chauffeur de s’arrêter. Ce dernier ayant refusé d’obtempérer, les braqueurs ont tiré en direction du véhicule, touchant au bras droit un des passagers. Les bandits ont continué d’ouvrir le feu, brisant la vitre arrière du minibus et blessant un autre passager Sébastien Jean.
Transporté d’urgence à l’hôpital, ce dernier est décédé des suites de ses blessures, lit-on dans ce communiqué du réseau national de défense de droits humains. 
Des agents de la police nationale affectés au commissariat de Port-au-Prince, qui patrouillaient dans la zone, sont intervenus pour tenter de stopper les braqueurs. Ils ont tiré à plusieurs reprises à hauteur d’hommes, blessant par balles plusieurs membres de la population, toujours selon le RNDDH. 

Trois autres jeunes, Vladimir Pierre, Valery Saint-Louis et Jacky Miracle, qui revenaient à moto de la rue Miracles, ont été pris pour vibles par la patrouille policière. Ils ont reçu plusieurs balles. 
En dépit du fait qu’ils ont tenté de présenter leurs pièces d’identité aux policiers, les agents leur ont intimé l’ordre de se coucher par terre. 
Selon certains riverains qui se sont confiés au réseau national de défense des droits humains, un des policiers a affirmé à haute voix que c’est l’individu qui porte le maillot bleu, en l’occurrence Jacky Miracle, qui tirait en direction de la population et de la patrouille policière. Suite à cette déclaration, monsieur Miracle a été injustement achevé quoiqu’allongé au sol. D’ailleurs, déjà gravement blessé, il était dans l’incapacité de bouger, précise l’organisme de défense des droits humains. 

Considérant que les policiers en question n’ont effectué aucune arrestation, et que les compagnons de Jacky Miracle qui étaient préalablement présentés comme étant des braqueurs, ont été transportés à l’hôpital pour ensuite rentrer paisiblement chez eux, le Réseau National de Défense de Droits Humains se dit convaincu que les policiers en question se sont rendu compte qu’ils s’étaient trompés. 

Sur la base de ces faits, le RNDDH parle d’exécution de Jacky Miracle, et éxige que l’inspection générale de la police nationale d’Haïti soit saisie de ce dossier, afin que toute la lumière soit faite sur cette intervention policière et que les policiers à la base de cette exécution sommaire soit sanctionnés. 

Par, Michelet Pierre Joseph.