PubGazetteHaiti202005

Haïti-Marché de changes.- Volatilité de la gourde, des économistes opinent. 

.

La monnaie nationale est de plus en plus instable ces derniers jours sur le marché des changes. Dans le secteur informel, le dollar recommence à prendre de la valeur alors qu’il se fait rare dans les banques commerciales. Selon certains économistes, plusieurs facteurs sont à la base de la volatilité de la gourde.

La brusque appréciation de la monnaie nationale au mois d’août dernier avait surpris plus d’un et suscitait beaucoup d’espoir chez  les citoyennes et citoyens qui s’attendaient à une révision à la baisse des prix des produits de première nécessité. Mais depuis quelques jours, ce n’est plus le même sentiment. En effet, le dollar reprend sa course et une flambée du billet vert est même constatée sur le marché informel où les cambistes le vendent jusqu’à 85 gourdes. Ce 24 Aout, il fallait 65.01 gourdes contre 63.78 à la fin de la semaine écoulée, selon le taux de change fixé par la Banque Centrale.

Pour l’économiste Eddy Labossière, c’est l’effet de la spéculation sur le taux de change. Le chroniqueur économique de Vision 2000, Etzer Emile, lui, dit ne pas s’étonner du fait que cette chute a été engendrée par des décisions prises en matière de politiques monétaires et politiques.

S’agissant de l’inadéquation du taux de change constatée sur le marché informel par rapport aux banques commerciales, l’économiste Enomy Germain se réfère aux différentes injections faites par la banque centrale pour expliquer cette situation. Pour stopper la dépréciation de la gourde, M. Germain conseille à la BRH, entre autres, de mettre en place des politiques susceptibles de favoriser l’accès au dollar aux acteurs du marché informel. De son coté, Dr Labossière pense que la gourde devrait être considérée comme la seule monnaie en circulation sur le territoire national afin d’éliminer le problème de l’instabilité du taux de change. 

Faisons remarquer que cette situation a des conséquences sur les prix des produits de première nécessité sur le marché haïtien. Justement, une augmentation graduelle est constatée ces dernières semaines au niveau des prix. Ce qui complique le quotidien des petits détaillants. Certains d’entre eux attribuent cette situation à la rareté du dollar américain.

Il faut dire que l’économiste Eddy Labossière estime normale l’augmentation graduelle des prix des produits observée sur le marché national puisque la gourde recommence à chuter par rapport au dollar. Il déplore que le marché ne soit pas régulé par les autorités étatiques qui, selon lui, ne priorisent pas les questions essentielles au bon fonctionnement du pays.

L’économiste Etzer Emile abonde dans le même sens estimant que l’incertitude du marché des changes est aussi à la base de cette situation. L’économiste Enomy Germain évoque, lui aussi, l’instabilité du taux de change. Il fait remarquer que certains agents économiques ne s’étaient pas ajustés proportionnellement à la baisse drastique du dollar. Il faut, dit-il, pour inspirer confiance aux acteurs, stabiliser le marché des changes durant une période relativement longue.

Cela fait environ 6 semaines, depuis que les prix de certains produits de base, qui constituent le panier de la ménagère, augmentent graduellement sur le marché haïtien. Lundi 23 novembre, les commerçants et commerçantes visités par Gazette Haïti ont confirmé qu’une augmentation allant de 100 à 250 gourdes, est constatée en ce qui concerne les sacs de riz, de sucre, de maïs et de farine de blé. Ils se sont plaints du fait que les grossistes s’arrogent, eux-mêmes, le droit  d’augmenter les prix des produits toutes les semaines. 

 

 

 

Par Diego O. Charles

Category

Politique

Culture

Post on Dec 01, 2020
Le quotidien Le Nouvelliste et l'Institut de Recherche et de Promotion de l'Art Haïtien (IRPAH) de concert avec leurs partenaires ont lancé ce mardi 1er décembre 2020, la 14ème édition

Economie

Sport