PubGazetteHaiti202005

La candidature du brésilien Abraham Weintraub, à la direction de la banque mondiale, un énorme risque pour Haïti, selon plusieurs organisations syndicales

Credit photo: World Bank


Pour occuper le poste de directeur de la Banque Mondiale, plusieurs noms sont évoqués. Celui que redoutent plusieurs syndicats haïtiens est le nom de l’ancien ministre brésilien de l’éducation Abraham Weintraub. Pour exprimer leur désaccord de voir cet économiste à la direction de l’institution financière spécialisée des Nations-Unies, la Confédération des Travailleurs Haïtiens (CTH), la Confédération des Travailleurs et Travailleuses des Secteurs Public et Privée (CTSP) tous deux (2) affiliées à la Confédération Syndicale Internationale Syndicale des Travailleurs et Travailleuses des Amériques (SCA), dans une lettre, ont attiré l’attention de Jovenel Moïse sur la candidature de Abraham Weintraub et ont saisi la balle au bond pour demander au président de tout faire pour éviter son accession à la Banque Mondiale. Ces confédérations considèrent toutes la candidature d’Abraham Weintraub comme un énorme risque pour Haïti.

En effet, dans une lettre adressée à Jovenel Moïse, en date du 28 juin 2020,  ces syndicats susmentionnés ont mis à nu l’ensemble des zones d’ombre de l’ancien ministre de l’éducation du Brésil. Pour eux, ce dernier n’est pas digne d’être à la Banque Mondiale. Tant sur le plan politique qu’au niveau de ses compétences économiques, M. Weintraub n’est nullement, selon ces responsables syndicaux, l’homme qui devrait accéder à une telle fonction.

« D’un point de vue politique, Weintraub est connu au Brésil comme une personne Xénophobe, raciste, misogyne, et négrophobe qui déteste les femmes, les noirs, les étrangers et les autochtones ; à plusieurs reprises, il a participé à des manifestations fascistes. Récemment, lors d’une réunion ministérielle, il a même défendu avec le président Bolsonaro et d’autres ministres que des bombes devaient être larguées à Brasilia, que le gouvernement devrait fermer la Cour suprême fédérale (la cour suprême du Brésil) et arrêter les juges, a dévoilé les membres de ces syndicats. C’est à cause de cette manifestation qui constitue un manque total de respect pour les valeurs et principe de la démocratie qui a fini par forcer le président Jair Bolsonaro à le renvoyer du gouvernement, car il risquerait d’être écroué par la justice brésilienne », lit-on dans cette lettre portant la signature de Me Jean Bonald Golinsky Fatal et Me Jacques Belzin, respectivement présidents de CTSP et CTH.

Outre, ces faits relatés, les membres de ces confédérations estiment que le brésilien n’a pas les compétences requises pour briguer ce poste à la Banque Mondiale. « En tant qu’économiste, il ne possède pas du tout les titres, qualités et compétences nécessaires pour un poste aussi important. Car il est également connu pour avoir contribué à la faillite d’une banque privée brésilienne au début du siècle, alors qu’il était son économiste en chef », écrivent-ils


Pour finir,  les organisations syndicales demandent à Jovenel Moïse de « tout faire pour éviter que cette tragédie soit évitée en soutenant un candidat potable d’Haïti ou d’un autre pays et en renvoyant aux calendes grecques la candidature de ce fasciste du Brésil ». 


Billy Doré

Category

Politique

Culture

Post on Dec 01, 2020
Le quotidien Le Nouvelliste et l'Institut de Recherche et de Promotion de l'Art Haïtien (IRPAH) de concert avec leurs partenaires ont lancé ce mardi 1er décembre 2020, la 14ème édition

Economie

Sport